Consoles-Fan
29/03/2020

Auteur
A Lire Egalement

  

3149 articles en ligne

 
Pokémon Bouclier
Evolution ou
révolution

8 badges à obtenir, des centaines de Pokémon à capturer, un monde à découvrir, ce Pokémon commence comme tous les autres depuis 23 ans. Si au premier abord cela peut interroger sur l’originalité de ce nouvel opus on s’aperçoit très vite que non seulement Epée/Bouclier s’inscrit dans la série mais qu’il a aussi de solides argument pour faire passer un cap, au moins technique à la licence. Revue d’effectif !

01

Eau/Feu/Plante : Ce fameux premier choix qui va déterminer une grande partie de votre aventure sera bel et bien la première étape de votre périple, de l’ultra classique pour débuter Pokémon Epéé/Bouclier. N’espérez pas une révolution avec cet épisode. Les bases sont posées.

02

Certes c’est un peu abrupte mais nous préférons doucher vos espoirs et voue remettre les idées au clair pour la suite. Car certes, globalement, en matière de structure, de scénario et d’aventure vous ne trouverez pas ici de quoi crier au génie, mais cette base connue et reconnue n’est qu’une partie d’un jeu beaucoup plus novateur et intéressant qu’il n’y paraît au premier abord.

03

Au rayon des nouveautés, à tout seigneur tout honneur, la chasse dans les terres sauvages tient le haut du pavé. Les plus acharnées pourront passer des journées entière à essayer de débusquer le moindre Pokémon dans un vraie sentiment de liberté. Cependant cette dernière se fait au détriment de la technique. En effet, vous y croiserez de nombreux Pokémon mais aussi un fort clipping et des textures en dessous de ce vous trouverez ailleurs.

04

Car s’il y a bien un point sur lequel cette version Switch fait passer un cap à la licence Pokémon, c’est bien le graphisme. Cela faisait longtemps que nous attendions une vraie qualité esthétique. Si le « remake » Pokémon Let’s Go Pikachu/Evoli était sympathique, esthétiquement il nous avait bien déçu. Epée/Bouclier corrige le tir d’une manière magistrale. Chaque environnement est identifiable au premier coup d’œil, le champs de vision est large, les décors profonds, les PNJ originaux et surtout les Pokémon, surtout les nouveaux, très réussis.

05

L’autre nouveauté importante est le résultat de la disparition des méga-évolutions. Elles sont remplacées par le Dynamax. Il s’agit d’un phénomène qui permet aux Pokémon se trouvant en contact avec une étoile-vœux d’être « dynamaxés » donc, en gros, d’être plus forts, plus grand... D’être des méga-évolution sans le nom en fait. Ce phénomène se situe dans des failles réparties dans le monde de Galar. Les combats dans ces lieux et contre ces « super-Pokémon » ne pourront pas être remporté seul, il vous faudra y faire participer 3 alliés.

06

Heureusement les développeurs permettent d’ajouter des Bots à votre équipe, n’obligeant alors pas à jouer en ligne. Ces combats de faille sont un peu un jeu dans le jeu. Vous y gagnerez des bonus et aussi une monnaie particulière (les Watts) n’étant utilisable que dans cette zone auprès des dresseurs.

07

08 Les autres nouveautés notables sont plus à chercher du côté d’un système de missions très appréciable et d’une nouvelle interface très ergonomique permettant d’accéder facilement à tout un tas d’informations.

Mais cette résolution affirmée de rendre encore plus accessible la licence a un coût. Les joueurs de la première heure auront plus que jamais cette désagréable impression d’un manque cruel de challenge. Le jeu est très simple. Très peu de défis vous résisteront. Vous avancerez dans l’aventure et dans les combats comme dans du beurre dans un jeu très linéaire comme d’habitude. En gros, du Pokémon pure souche qui se révèle indispensable pour tous les amateurs de la série mais qui ne convaincra pas les récalcitrants.

09

Graphismes : 90%
Une vraie évolution en matière de graphisme a été opéré pour la Switch. Le graphisme n’a jamais été le gros point fort de la série jusqu’à présent mais pour Epée et Bouclier le résultat est magnifique

Animation : 70%
Rien de folichon. Comme d’habitude l’ensemble est assez figé.

Jouabilité : 90%
Du Pokémon pure souche, simple, efficace, simple, bien pensé Switch, simple... On a dit simple ? En fait on regrette parfois cette simplicité.

Bande Son : 75%
La musique n’a jamais été le fort de la licence Pokémon. Encore une fois elles sont plus embêtantes qu’entêtantes. Cependant les ambiances une nouvelle fois bien marquées, rattrapent l’ensemble.

Intérêt : 90%
Long, vaste, de nombreux Pokémon à capturer, des activités annexes pour égayer le tout et quelques menues nouveautés, de quoi procurer de nombreuses heures de plaisir manette en main.

Note Globale : 85%
Du bon, du très bon Pokémon, mais du Pokémon. En gros, si vous aimez déjà la licence vous trouverez ici de quoi assouvir votre passion de chasseur avec une aventure passionnante. En revanche si votre amour de ces petits monstres est modéré voire inexistant, cet épisode ne changera pas la donne.


NOTE : 08/10