Consoles-Fan
19/09/2020

Auteur
A Lire Egalement

A Lire Egalement

A Lire Egalement

  

3176 articles en ligne

 
The Last Of Us Part II
J’ai la guitare qui me démange
Alors je squatte un p’tit peu

Si vous avez envie de goûter avant l’heure à la next gen, The Last Of Us Part II est le jeu qu’il vous faut. On peut en effet imaginer que sur la prochaine génération de console, tous les jeux seront de cet acabit. Nous avons reçu le jeu bien avant a sortie : c’est un signe qui ne trompe pas. Sony est très sûr de son coup. Les jeux reçus en dernière minute sont en effet rarement fameux. Mais là, il n’y a pas à hésiter, je n’ose même pas douter que l’éditeur puisse lui-même avoir le moindre doute sur les critiques de la presse en devenir.

05

Un jeu de qualité se remarque par le degré de détail qu’il propose. Chaque minute de jeu est une découverte, est un émerveillement. Prenons par exemple la phase de début de jeu dans la neige. Vous laisserez des traces dans celle-ci. Ce n’est pas neuf. Mais si vous frôlez les arbres, vous ferez aussi tomber de la neige. Et les effets d’eau des cours d’eau rencontrés ? Sublimes. Et le degré de détail narratif doublé d’un univers cohérent ? Génial. En fait, le monde de The Last Of Us Part II est crédible jusqu’à la dernière ligne de dialogue la plus insignifiante.

Outre sa réalisation exceptionnelle et ses textures de fou qui font pâlir de jalousie la PS5, on retrouve dans le jeu des phases d’action vraiment très variées allant de l’infiltration aux phases d’action visuellement impressionnante tant tout défile devant nos yeux. Certaines phases de fuite sont vraiment haletantes et rappellent un certain Daysgone. Il ne faut pas oublier que le joueur ne se sent jamais fort dans le jeu tant les munitions et autres items sont rationnées à l’extrême. On court, on fuit, on s’infiltre mais on gunfight au final assez rarement.

01

Le jeu aborde des thématiques adultes et ne se prive pas de scènes ultragores qui frisent parfois avec le dégoût. Là où Tarantino arrive à donner un ton léger à la violence de ses films, The Last Of Us Part II n’y parvient pas et devient parfois nauséeux : soyez prévenu. Il faut dire que les jeux vidéo ne nous ont pas vraiment préparé ou habitué à cela. La situation est d’autant plus vrai qu’on est actif dans un jeu vidéo contrairement à un film. Pour sûr, The Last Of Us Part II a ouvert des portes que personne n’avait encore osé franchir.

04

The Last Of Us Part II reste une belle réussite mais il échoue quand même sur deux points : l’intelligence artificielle des ennemis qui choisissent délibérément toujours la mauvaise direction pour mieux se faire trucider dans les phases d’infiltration. Et le monde ouvert du début de partie. Naught Dog s’était déjà essayé au genre avec Uncharted : The Lost Legacy et franchement, ça n’apporte rien. C’est la partie la moins intéressante et la plus frustrante du jeu. Par contre, il est assez révélateur de voir justement que la linéarité assumée de The Last Of Us Part II est comme du pain béni, un délice pour l’immersion et l’histoire et pour les yeux puisque les zones visitées sont finalement toutes assez petites mais bien assemblées par divers scripts. On y verrait presque que du feu si on avait pas l’habitude de tous ces artifices mais pour ma part, je préfère largement cette densité aux mondes ouverts très à la mode mais trop souvent bien vides et dont le synopsis est souvent défaillant. Perso j’assume et j’aime la recette de The Last Of Us Part II qui ne propose au final pas de temps mort, sauf justement dans le petit monde ouvert. Allez ouste !

02

Bourré de fulgurance mais aussi de fausses bonnes idées, The Last Of US II a fort heureusement plus de traits de génie à mettre à l’actif qu’au passif même si on peut se demander au final la nécessité de certains aspects du titre. Certaines parties à creuser ne l’ont finalement pas été. On regrettera aussi l’absence de choix à certains moments du jeu mais il faute finalement car nous sommes ici à la recherche de la perfection, ce qu’il n’est forcément pas même s’il reste un jeu absolument magnifique à découvrir, très fort en sensation même si elles ne sont pas toujours de très bon goût. Qu’il plaise ou qu’il choque, il ne laisse en tous cas pas indifférent et c’est sans doute là sa première qualité.

03

Graphismes : 95%
Superbe excercice de style auquel on peut toutefois reprocher une certaine répétitivité mais dans l’ensemble une prouesse technique indéniable.

Animation : 92%
30 images par seconde, ce qui est très honnête au vu de la réalisation globale du titre.

Jouabilité : 90%
Un système de jeu très assisté. Je regrette une intelligence artificielle qui semble faire systématiquement les mauvais choix pour favoriser le joueur. On est finalement assez rarement mis en difficulté.

Bande de Son : 95%
L’ambiance vraiment folle avec des phases d’effroi qui vous donneront de belles palpitations.

Intérêt : 95%
Une écriture très efficace qui rejette et assume un système de jeu ouvert mais on en redemande.

Note Globale : 96%
A défaut de s’évader, on est transporté.


NOTE : 09/10