Consoles-Fan
21/01/2018

Auteur
A Lire Egalement

A Lire Egalement

A Lire Egalement

A Lire Egalement

A Lire Egalement

A Lire Egalement

  

2890 articles en ligne

 
Rayman 3 : Hoodlum Havoc
Pas de bras, pas de chocolat !
Flamb

Pour ceux qui reviendraient d’un long p

Wanted

Personnellement je n’aime pas trop le jus de prune. C’est sans doute pour ça que je suis resté gentil. Car figurez-vous que ce précieux breuvage a des vertus très particulières, si, si : il procure un pouvoir insensé à celui qui en consomme ! Dark Lums, qui a fait pas mal d’études, est bien entendu au courant pour le jus de prunes et décide de se l’accaparer pour sa cave privée. Avec ses nouveaux pouvoirs, il crée une armée de Hoodlums dirigés par 7 grands boss ! Entre-temps, Globox avale accidentellement le fameux Dark Lums et devient à son tour un fanatique du jus de prune. Une seule solution pour Rayman : trouver un antidote ! Mais il faut se méfier, car la tête de nos deux amis a été mise à prix !

Depuis le temps, Rayman nous a habitué à une démonstration technique de la console. Rappelez-vous sur 32 bits, les graphismes chatoyants avaient déjà fait sensation. En passant à la 3D, l’univers de Rayman était devenu plus biscornu, avec des jeux de texture présentant des univers cartoons tordus, tortueux et irréguliers. Le gameplay de Rayman était non seulement entièrement revu, mais en plus, les programmeurs avaient intégrés de nombreuses idées offrant à chaque fois un gameplay différent. On se rappelle par exemple de Rayman qui fait du ski nautique. Il est clair que de nombreux modes de jeu seront une fois de plus de la partie histoire de varier les plaisirs.

Mais cette fois-ci, le gameplay s’enrichit encore avec un système d’habilité temporaire que Rayman acquiert en ramassant des boîtes de conserve de différents coloris. Ces derniers correspondent aux différentes habilités. Rayman ne peut maîtriser à la fois plus d’une habilité spéciale, ce qui permet à Rayman d’avoir un large panel de coup sans pour autant s’emmêler les pinceaux dans un gameplay trop compliqué à gérer : la prise en main est donc immédiate. Ces pouvoirs s’acquièrent grâce à des sortes de boîte de conserve à récupérer un peu partout dans les niveaux ou lorsque vous éliminez certains ennemis ou en libérant les ptizêtres.

Rayman peut donc sauter, planer grâce à sa coiffe hélicoptère, s’agripper, frapper, se balancer, lancer des missiles téléguidés… Il peut même vous jeter un gant en pleine figure, quel seigneur ce Rayman ! Pour battre plus facilement certains ennemis, Rayman peut récupérer certaines habilités de force. Il est amusant de voir le comportement des ennemis changer du tout au tout lorsque Rayman dispose ou non de son habilité. Il faut dire que Rayman n’est pas très discret au niveau communication puisqu’il s’habille toujours avec le costume adéquat du super-héros lorsqu’il dispose d’une aptitude : plutôt kitch ! On sent en tout cas fortement l’influence de Tonic Trouble qui dégustait sa barre de Crunch pour reprendre des forces et faire la fête aux méchants !

Dans le stage Special Invaders, vous devrez diriger un vaisseau original dans les méandres d’un dédale. Les déplacements sont libres mais quelques incitations sous la forme d’effets de particules et de lumières vous permettent de bien vous orienter. Vous traverserez de temps en temps de grandes arènes où la bataille fait rage. Rayman se place alors à l’arrière du vaisseau. Vous laissez Globox le piloter. Il ne vous reste plus qu’à canarder vos ennemis et là c’est le bonheur. On se croirait dans un ride à reculons : la caméra suit un rail définit avec pas mal de vrilles. On perd tout repère dans un univers étrange et donc le décor peut même être détruit par votre puissance de feu. Les tirs sont matérialisés par de nombreux effets de particules.

Un festin visuel

Les couleurs de Rayman 3 sont fidèles à la série, à savoir des couleurs pastelles et parfois flashs, des dégradés acidulés. On retrouve de nombreux effets spéciaux comme des distorsions de polygone. Les effets d’éclairage et de transparence sont légions. Lorsque Rayman frappe ses ennemis, une sorte de halo polarisé déformant légèrement le décor comme le ferait un effet de chaleur. Voilà un effet qu’on n’a pas trop l’habitude de voir et qui tout en restant discret donne un rendu agréable.

Au final il faudra comme d’habitude attendre le test pour se prononcer définitivement, en particulier sur la durée de vie mais Rayman 3 semble tabler un mélange plate-forme et action et offre un gameplay très varié en grâce au système d’upgrade de personnage et aux véhicules qui lui seront mis à disposition ! Et comme la réalisation et l’intérêt semblent être au rendez-vous, il me tarde de voir la suite !

- Galerie PS2
- Galerie Gamecube
- 
Galerie XBox
- Galerie GBA