Consoles-Fan
19/09/2020

Auteur
A Lire Egalement

A Lire Egalement

A Lire Egalement

  

3176 articles en ligne

 
Paper Mario : The Origami King
Si j’avais un Mario
je ferai du papier

On pourrait facilement de se dire qu’on a affaire à un énième Paper Mario mais ce serait vraiment facile, beaucoup trop facile. Nintendo a en tous cas tout fait pour brouiller les pistes. A commencer avec l’arrivée d’origamis, histoire de mettre un peu plus de relief à son RPG fétiche.

05

Certes, les décors étaient déjà en 3D grâce à certains pliages, mais désormais, les ennemis prennent du volume. Vous l’aurez compris, le roi Origami veut faire de ce monde un monde à son image en pliant les habitants de ce monde fantaisiste.

04

Au niveau des combats, on change aussi de mouture pour mettre un peu plus de côté l’aspect rythmique au profit d’un jeu de réflexion basé sur l’alignement des ennemis. Leur position déterminera en effet l’efficacité de vos différentes attaques. Si le concept est pour le moins étrange, il a au moins le mérite d’être original mais reste au final peu élaboré et manque donc sévèrement de challenge.

03

Le méchant du jeu est en tous cas machiavélique car imaginez-vous que celui-ci au point des sepentins qui emprisonnent les différentes partie du royaume : la vision d’horreur, pure et dure ;)

On peut en tous cas certainement pester sur le manque de profondeur du jeu qui s’il suit un rythme efficace, semble survoler dans l’ensemble un univers sans vraiment s’y attarder. Le concept manque un peu de hauteur mais ravira certainement les fans de la première heure. En terme d’écriture, cela reste en tous cas assez léger et niais alors qu’il y avait moyen de faire des choses bien plus amusantes dans l’univers des origamis.

02

Les mécaniques de jeu qui consistent par exemple à secouer les armes afin de ramasser des confettis qui permettent au joueur de boucher certains trous dans le décor afin de traverser semblent juste servir de frein afin de ne pas progresser trop rapidement dans l’aventure. Je vous avouerai qu’au bout d’un moment, cela devient plus une contrainte qu’autre chose.

Le jeu regorge pourtant de bons moments de jeu grâce aux univers variés que l’on aura grand plaisir à visiter. mais en revanche, on trépigne sur place tant ce Paper Mario peine à décoller. On entre jamais vraiment dans le jeu, la faute à un grand vide ludique entretenu à notre détriment. Trop répétitif, trop fade, trop peu engageant, trop peu complexe, trop peu alléchant et surtout beaucoup trop barbant, Paper Mario est au final très dispensable. Il manque de ce trait de génie que Nintendo arrive a si bien nous servir d’habitude.

01

Graphismes : 70%
On a connu Big N en plus grande forme. C’est propre mais loin d’être audacieux.

Animation : 74%
Pas mal de petits éléments à l’écran sans froisser la console.

Jouabilité :70%
A défaut d’être passionnantes, les phases de combat ont le mérite d’être originales.

Bande de Son :72%
Rondouillarde et sympathique

Intérêt : 67%
Une absence de challenge pour une promenade sans surprise.

Note Globale : 72%
La sauce n’a pas pris.


NOTE : 07/10