Consoles-Fan
16/07/2018

Auteur
A Lire Egalement

A Lire Egalement

A Lire Egalement

A Lire Egalement

A Lire Egalement

A Lire Egalement

A Lire Egalement

A Lire Egalement

A Lire Egalement

  

2984 articles en ligne

 
Virtua Fighter 4
Le technicien des jeux de baston
C’est meilleur quand c’est virtuel

La s

Un jeu Bryant

Virtua Fighter 4 jouit d’une meilleure finition que Virtua Fighter 3 sur Dreamcast. Prenons par exemple les menus (Arcade, Versus, Kumite...) qui sont vraiment travaillés en PS2, avec des effets d’eau, une musique magnifique... On se rappelle encore avec douleur du peu de richesse des menus du 3ème opus sur Dreamcast et même de l’absence du mode versus en version japonaise. On sent bien que VF3 a été développé rapidement pour sortir en même temps que la console, alors que pour VF4, Yu Suzuki a pu prendre son temps.

Le Chan des cerises


Et il l’a pris son temps, et ça se voit puisque même si la version PS2 n’est pas identique à l’Arcade, les différences sont vraiment difficilement discernables et il faudrait quasi mettre une PS2 à côté de la borne d’arcade pour les relever. Et dans ce cas on pourrait repérer des problèmes assez récurrents sur PS2 à savoir la finesse des textures et l’aliasing, mais franchement, n’y pensons pas et jouissons de cette conversion plus qu’excellente, tellement proche de la version Arcade qu’on en pleurerait. Et puis il est facile de comparer une console avec une borne d’Arcade, mais il est aussi facile de se rendre compte que Virtua Fighter 4 surpasse de loin la grosse majorité des productions actuelles de jeux sur PS2.

Jeffrey dans ma culotte

Faut-il rappeler qu’à l’époque des 16 bits, Final Fight ou Street Fighter sur Supernes étaient considérés comme des prouesses techniques alors qu’ils restaient éloignés de l’Arcade, que penser de Daytona Usa en Saturn qui a conquis plus d’un gamer alors qu’il se situait à mille lieues de l’Arcade ? Virtua Fighter 4 est à peine moins beau qu’en arcade et il faudrait maintenant le blâmer alors que ce jeu est un des plus beaux jeux de la PS2 ! Ne vaut-il mieux pas un jeu un peu moins bon que l’excellence plutôt qu’un peu mieux que la médiocrité ?

Rafale ta salive

Rien qu’au niveau des effets spéciaux, on hallucine grave ! VF4 est réellement splendide et chaque stage représente un tour de force de technicité. Que ce soit la gestion de la neige qui s’applatit et qui se soulève lorsque les personnages se déplacent ou bien tombent, que ce soit la gestion des lumières avec les projecteurs qui vous poursuivent à partir d’hélicoptères, que ce soient les centaines de personnages gérés dans les décors qui vous supportent en remuant le bas des reins (et font coin coin), que ce soient les effets d’eau limpide, que ce soient les briques qui s’effritent sous l’impact de vos projections, que ce soient les feuilles mortes qui virevoltent sous vos pieds, que ce soient les décors détruits par la foudre tout le long du stage, Sega donne ici une leçon de programmation, histoire de montrer que les recoins de la PS2 sont exploités et exploitables.

Lion : pour rugir de plaisir (j’ai hésité avec "au Lion d’or")

Si graphiquement Virtua Fighter 4 est une grande prouesse technique, il n’en est pas moins de l’animation : les poses prises par les personnages (qui sont au nombre de 13) sont nombreuses et les coups claquent littéralement. Le Z buffer est admirablement géré et renforce encore le réalisme des combats. Du réalisme avant tout, c’est la gageure de Virtua Fighter qui se refuse les boules de feu et autres projectiles. Du combat au corps à corps uniquement, du karaté, du jujutsu, du catch, du judo, voilà à peu près le programme ! C’est sans doute pour cela que Virtua Fighter 4 se détache de ses concurrents et prend toutes ses lettres de noblesse. Les combats sont beaux, harmonieux, calculés et grandiloquents.

Voir la Pai dans l’oeil du voisin...

Au niveau de la jouabilité j’ai vraiment été agréablement surpris, la manette PS2 s’adapte très bien même si la disposition des boutons n’est pas celle de l’arcade.

Pour ceux qui découvrent la série des Virtua Fighter, ils pourraient être un peu décontenancés face à ce jeu de baston qui ne se laisse pas maîtriser dès les premières parties. Le bourrinage est à proscrire. Tout d’abord, la garde se déclenche avec une touche du paddle, il ne suffit pas d’appuyer vers l’arrière. Ensuite, bon nombre de coups sautés se déclenchent en appuyant simultanément vers la direction désirée et un bouton d’attaque. Enfin, de nombreux coups sont déclenchés en appuyant simultanément sur plusieurs touches tout en manipulant la croix directionnelle : pour les débutants, les boutons R et L leur permettront de déclencher des combinaisons de boutons, mais c’est petit joueur je vous préviens, pas de ça chez moi ^_^. D’autres coups se déclenchent en combinant des séries de touches dans des ordres pré-établis. Pour plus de pratique, les coups sont disponibles sur votre écran en appuyant sur pause, comme dans la plupart des jeux de baston actuels.

Virtua Fighter 4 est un petit bijou, un régal pour les yeux, il s’agit bel et bien d’un jeu événement. Les gamers risquent de s’arracher la version import, faute de ne pas pouvoir attendre la version européenne prévue pour mai 2002.

Graphismes : 97%
Oulala ça fait mal. Chaque stage est une véritable démo technique ! Sauf le dernier stage qui est vraiment raté par rapport au reste du jeu.

Animation : 95%
Les mouvements des personnages ont été encore plus enrichis puisqu’ils disposent à présent de nouveaux coups : Plus d’une centaine pour certains d’entre eux !

Jouabilité : 96%
Une merveille de jouabilité, la série est fidèle à elle-même. Les boutons R et L servent de touches "raccourci" pour les débutants.

Bande Son : 92%
D’habitude je trouve la bande son des Virtua Fighter assez moyenne, mais ici elle donne des frissons. Le seul point faible de la série est à présent corrigé !

Intérêt : 96%
Virtua fighter 4 bénéficie d’une excellente durée de vie. Le jeu est nettement plus abouti que ses prédécesseurs tant il y a de modes de jeux à exploiter !

Note Globale : 96%
Virtua Fighter 4 est une bombe atomique : courez l’acheter !


NOTE : 09/10