Consoles-Fan
21/10/2018

Auteur
  

3031 articles en ligne

 
Twin Caliber
Y’en a pas deux comme lui !
Heureusement !

Bienvenue, cher lecteur, dans le test de ce que l’on pourrait appeler la plus grande blague vid

J’aurais dû me méfier quand toute l’équipe de Consoles-fan m’a supplié de tester Twin caliber. Je sentais le coup fourré venir. Un moment j’ai cru que c’était une blague, que je ne devais pas faire de test puisque je n’avais pas de jeu entre les mains, juste Twin Caliber. Comment aurais-je bien pu faire ? Puis, chose étrange, sur mon écran, les options habituelles comme « pause », « continuer », semblaient pourtant faire penser à un jeu vidéo. Je me résolus donc qu’il devait bien s’agir d’un jeu bien que le taux d’amusement soit proche de 0% à 0.01% près.

Sur le plan de la technique, Rage nous a vraiment gâté : j’ai rarement vu un truc aussi laid. Les textures, bien qu’assez détaillées, sont superternes. La modélisation des personnages est digne d’une 32 bits essouflée. Il n’y a rien à gérer à l’écran, ou quasi, et la caméra se déplace simplement sur un rail, pourtant, l’animation n’est pas fluide pour un sou. En plus de ça on a l’impression que l’intégralité de l’action se passe au ralenti tellement c’est lent ! Le nombre d’erreurs de collision est incalculable ! C’est plutôt mal parti, je vous l’accorde, mais je vous ai laissé le meilleur comme plat de consistance : le gameplay !

Fantavision revisité

Twin Caliber est un shoot-them-up, un peu à la façon de Virtua Cop, mais à la 3ème personne. Vous pouvez donc jouer à deux et être tout de même accompagné par l’ordinateur si vous jouez seul ! Vous ne dirigez donc pas les personnages et vous vous laissez guider par la caméra. Tout ce que vous faites, c’est bouger les bras de vos personnages. Vous n’avez plus qu’à viser avec l’analogique exactement comme dans Fantavision. C’est-à-dire que vous déplacez une droite qui tournoie autour de votre personnage et qui représente votre visée. Vos bras peuvent tourner à 360° (faites attention à ne pas vous tirer l’un sur l’autre !). On obtient donc des positions généralement assez cocasses avec des membres totalement tordus. Nos deux amis (un shériff et un prisonnier) ne prennent même pas la peine de regarder où ils tirent. En fait la tête tourne avec un fort temps de latence. Bon, bien entendu, il n’est point question ici de feux d’artifice comme dans Fantavision, non, pour l’occasion, on est reparti dans le plan « zombie » très à la mode actuellement. Ça blaste, ça saigne, et ça se permet même occasionnellement de faire des coupures dans le jeu avec des plans « Matrix » absolument foireux sur des zombies qui laissent échapper des flaques de sang en suspension dans l’air. Je vous le promets, l’effet est ridicule ! Mais une chose est sure, Twin Caliber est un jeu mou.

Comme, visiblement, le cahier des charges de Rage était de couler son jeu à tous les niveaux, vous pensez bien que la bande-son a eu droit à un traitement de faveur. Les bruits des coups de feu sont irréels, on n’entend quasi rien, si ça tombe ce sont des pistolets à eau. Evidemment ça mine un peu l’ambiance, généralement on achète ce genre de jeu pour faire du bruit ! La bande-son composée d’une rythmique limitée en boucle tue le cerveau, vous êtes prévenus !

Twin Caliber n’est pas livré avec des vomis-bag, alors faites très attention à ne pas vous salir si vous avez acheté ce jeu.

Graphismes : 01%
On m’aurait dit qu’on pouvait faire si moche, je l’aurais pas cru !

Animation : 03%
Pathétique, les personnages se déplacent comme des escargots trop cuits et c’est même pas fluide !

Jouabilité : 12%
Grotesque, sans intérêt, limitée et surtout : aucun fun !

Bande Son : 22%
Minable jusqu’au bout, en particulier les bruitages !

Intérêt : 01%
Mais comment ça peut sortir sur le marché un jeu comme ça ?

Note Globale : 05%
Approchez votre oreille à l’écran : C’est nuuuuuuuuul !


NOTE : 01/10