Consoles-Fan
20/07/2018

Auteur
A Lire Egalement

A Lire Egalement

A Lire Egalement

A Lire Egalement

  

2984 articles en ligne

 
007 : Nightfire
My name is One, Davy One
001

Apr

Rafael Drake dirige la Phoenix International Corporation. Ces derniers temps, cet industriel multiplie les actions philanthropiques afin de camoufler son véritable plan machiavélique. Ce dernier a bien l’intention de s’emparer des commandes des missiles américains basés sur une station spatiale. Pas de bol pour lui, Bond rôde dans le coin...

Whooooooo are you, what’s your name ?

Si la jouabilité de l’opus précédent était critiquable, Electronic Arts a consenti à fournir quelques efforts même si le résultat final reste encore imparfait. Tout d’abord, la gestion des gadgets est simplifiée même si quelques incohérences apparaissent dans cet épisode. Au niveau de la gestion du grappin en particulier. Il n’est possible de l’utiliser qu’à certains emplacements, en ciblant suivant un angle idéal. La raison est de vous empêcher d’accéder à certains points d’un stage tant que vous n’avez pas fait certaines actions… Il ne faut donc pas être trop malin pour jouer à ce jeu car les bonnes idées ne sont pas souvent payantes ! Dommage, car ce manque de liberté alourdit le gameplay qui semble déjà provenir d’une autre époque. Mais il est vrai qu’à part ce point précis et une durée de vie peut-être un peu trop cheap (environ 3 heures), se retrouver une fois de plus dans la peau de Pierce Brosnan est extrêmement jouissif. Les stages sont variés, quelques idées nouvelles sont apparues au niveau des gadgets et des véhicules, c’est le bonheur à très haute intensité mais pour pas très longtemps. Aussi, il serait préférable d’acquérir ce titre en occasion si vous ne voulez pas vous retrouver sans jeu à la fin de l’après-midi. Remarquez, il y a quand même le sympathique mode multijoueur qui agrémentera vos soirées entre potes. 13 modes de jeu sont tout de même disponibles dont les traditionnels modes « arène » et « capture de drapeau ».

Le machisme est omniprésent dans le jeu, tellement que ça en devient un peu kitch tant dans le comportement des personnages que des dialogues. Ooooooh James, take me in your arms ! Comme d’habitude, on réalise des cascades quasi surhumaines mais encore suffisamment réalistes pour croire qu’ils sont réalisables. Personnellement, je me serais vautré à tous les coups !

Ecco le dauphin ?

Un des stages assez novateurs consiste à faire une petite ballade dans les profondeurs marines avec votre Aston Martin amphibie suréquipée. Mais ce nouvel opus vous réserve bien d’autres surprises que je m’en voudrais de vous révéler ici pour ne pas gâcher votre plaisir.

Soyez rassuré sur la réalisation, c’est du tout bon, du tout fin, du tout coloré et du tout polygoné à merveille. Petit point noir cependant sur le framerate qui m’a déçu. Après avoir essayé la démo du jeu, je m’attendais à un jeu vraiment superfluide et si c’est le cas pendant la plupart du temps, on regrettera quelques baisses absolument incompréhensibles, dommageables, mais pas nuisantes pour le gameplay ! L’habillage général du soft est absolument magnifique, les images de synthèse entre les niveaux sont moyennes et n’ont juste comme raison d’être de faire avancer le scénario de quelques lignes. Ce dernier mis bout à bout n’est de toute manière pas très touffu.

Bis repetita placent

Finalement, ce nouvel opus de James Bond est sans grande surprise, il remplit son contrat, à savoir être un jeu amusant et intéressant, fun et jouable, esthétique et fluide, exactement comme son prédécesseur. Il n’y a donc aucune raison de le bouder, bien au contraire, je vous le recommande mais restez tout de même méfiant vis à vis de la durée de vie, achetez-le en occasion.

Graphismes : 90%
Extrêmement beau et fin, les couleurs sont tout aussi agréables.

Animation : 78%
Dans l’ensemble très fluide mais le framerate est quelques fois défaillant !

Jouabilité : 75%
L’adaptation est plus immédiate que dans l’épisode précédent.

Bande Son : 90%
Classieuse et typique des films de James Bond mais il faut aimer !

Intérêt : 78%
Un jeu un peu trop court et trop facile qui ne doit en fin de compte sa survie qu’aux nombreux modes multijoueurs.

Note Globale : 80%
Un jeu qui ne soufre que de sa durée de vie, mais tous les bons jeux ne sont-ils pas trop courts ?


Disponible aussi sur Gamecube et PS2.
NOTE : 08/10