Consoles-Fan
25/04/2018

Auteur
A Lire Egalement

A Lire Egalement

A Lire Egalement

A Lire Egalement

A Lire Egalement

A Lire Egalement

A Lire Egalement

A Lire Egalement

A Lire Egalement

A Lire Egalement

A Lire Egalement

A Lire Egalement

  

2930 articles en ligne

 
Burnout 2 Point of Impact
Allume les gaz
C’est mieux que le premier !

Apr

Mission casse-cou

Burnout 2 est typiquement le jeu de caisse que j’adore. La conduite est très arcade, les impressions de vitesse excellentes et il faut prendre pas mal de risques. Vous possédez en effet une jauge qui se remplit lorsque vous frôlez les voitures que vous dépassez, que vous vous faites des sauts avec votre véhicule (lorsque vous franchissez des bosses) ou lorsque vous roulez dans le sens contraire de la route ! Je peux vous dire que cela crée un maximum de sensations !

Lorque votre jauge est pleine, vous pouvez déclencher votre boost qui va vous propulser à une vitesse de dingue le temps que votre jauge se vide entièrement ! Si pendant ce temps, vous ne vous cognez pas violemment, vous faites un « burnout », ce qui vous récompense d’une jauge remplie aux trois quarts. En moins de temps qu’il ne faut pour le dire, vous serez donc repartis à toute allure sur l’asphalte !

Mais même lorsque vous n’appuyez pas sur le boost, y’a rien à redire, ça fonce quand même ! En fait les zones de boost sont quasi des moments « injouables » tellement ça va vite, il n’y plus que les réflexe pour vous aider à ne pas vous cogner ! D’ailleurs il ne faudrait pas que tout le jeu soit intégralement boosté ! Ce serait nerveusement intenable. Si jamais vous sentez que vous flanchez. Relâchez votre boost. Vous ne ferez pas de « burnout » mais vous pourrez redevenir facilement maître de la situation.

Vous pouvez vous cognez légèrement sans que cela affecte pour autant de trop la course. Par contre, en cas de collision frontale, le jeu se coupe et laisse place à un replay (comme dans le premier épisode mais en moins tannant) de votre crash. Votre voiture est immobilisée peu de temps mais suffisamment pour vous faire perdre quelques précieuses places. Car ne vous y trompez pas, même si Burnout 2 a l’air d’être un jeu pour les sagouins de la conduite, un championnat est néanmoins organisé. Et devinez quoi ? C’est vous qui y participez !

Bien entendu, d’autres modes de jeux sont disponibles...

Burnout 2 est très très beau. Le style graphique me fait énormément penser à du Ridge Racer. Les textures sont très fines, l’affichage très agréable, les couleurs un peu grisonnantes mais cela dépend des circuits, l’asphalte est superbement représenté. Hum, un aussi beau jeu doit certainement faire des concessions ailleurs ! Eh bien non : le jeu tourne en 60 images seconde. En fait je n’ai vraiment rien à redire sur la réalisation de ce soft.

Le seul reproche que je peux lui faire est sans doute la lassitude qui s’installe trop rapidement. Ne me faites pas dire ce que je n’ai pas dit ! Le jeu est très amusant, et vous y reviendrez ! En fait, Burnout 2 se joue par à-coups. On finit toujours par le ressortir mais jamais très longtemps. C’est assez paradoxal, je sais, mais je pense que c’est un peu le fait de voir défiler toujours les mêmes paysages qui use le joueur. Je m’explique. C’est un peu comme si vous refaisiez sans arrêt le même stage d’un jeu de plate-forme que vous adorez, cela finirait quand même par brouter. Si vous voulez, on a un peu l’impression que le jeu stagne (même s’il est vrai que le championnat évolue) tant les circuits se ressemblent.

Graphismes : 86%
Un jeu très clean, très agréable à l’œil tant dans la finesse que dans la quantité de détails. Les environnements sont variés mais comme il s’agit la plupart du temps de bâtiments grisâtres et de verdure, ils donnent trop l’impression de se répéter. Peut-être qu’à force d’avoir voulu trop coller à la réalité, les décors finissent par manquer de singularité.

Animation : 95%
Exemplaire : décoiffante et mégafluide. En 60 images/seconde.

Jouabilité : 76%
Le gameplay très Arcade permet à tous les joueurs de se lancer immédiatement dans le jeu.

Bande Son : 77%
La bande-son dépote bien. Le volume augmente lorsque vous déclenchez les boosts, histoire de vous mettre la pression et d’augmenter les sensations.

Intérêt : 72%
Sans conteste, Burnout 2 enterre son prédécesseur dont les replays répétés en pleine course jusqu’à la nausée ont énervé tous les joueurs qui s’y sont essayés.

Note Globale : 78%
Burnout 2 est un jeu idéal pour se lancer dans des petites parties occasionnelles.


NOTE : 07/10