Consoles-Fan
27/05/2018

Auteur
A Lire Egalement

A Lire Egalement

A Lire Egalement

A Lire Egalement

  

2945 articles en ligne

 
007 : Night fire
Meilleur qu’Espion pour cible ?
Apr

Apr


- Un principe simple mais efficace :

Ainsi, l’agent britannique reprend du service dans des missions aussi variées que dangereuses. Sachez que le jeu ne reprend en aucun cas le scénario d’un des films de 007 (tout comme Espion pour cible). Le scénario est unique et basé sur une histoire de satellite qui menace la Terre, un peu comme Moonraker.

Le jeu s’apparente comme un FPS classique tout en y incluant quelques phases de conduite. Pourquoi changer une recette qui marche ? Aussi, les programmeurs ont essayé (j’ai bien dit essayer) d’inclure quelques phases à la troisième personne où notre cher agent britannique se suspend à une corde. Ces phases sont totalement dénuées d’intérêt et n’apportent pas grand chose au soft. Heureusement les phases de FPS sont assez réussies mais curieusement, les niveaux de conduite demeurent moins palpitants que dans Espion pour cible. En effet, le niveau où l’on conduit la superbe Aston Martin vanquish (la même que dans le film « Die another day ») est vraiment bien réalisé mais les autres missions de ce style (à bord d’une 4X4 et d’une Aston Martin sous-marine) sont beaucoup moins réussies : elles sont soporifiques et le fun n’y est pas. Cependant, certains niveaux sont particulièrement bien fichus.

- Les niveaux :

Le jeu commence sur les chapeaux de roue, on ne passe pas par le menu principal, vous êtes directement plongés dans l’action : Vous devrez protéger à bord d’un hélicoptère une espionne française grâce à votre fusil à lunette. L’action est intense, la jouabilité est efficace et le fun est présent. Puis, cette aventure vous mènera à infiltrer un château en Sibérie. Vous aurez d’ailleurs plusieurs moyens pour accomplir cette mission : soit contourner le château en réalisant quelques sauts et autres cascades (grâce au grappin) sans se faire repérer, soit sauter dans un camion s’apprêtant à entrer dans le château en question, ou alors sortir l’arsenal et tirer sur tout ce qui bouge pour finalement arriver jusqu’à l’entrée. La fin de la mission vous mènera à contrôler une mitrailleuse d’un scooter pour finalement prendre votre Aston Martin (au passage merci monsieur Q) et foncer à toute vitesse à travers les routes enneigées tout en anéantissant les poursuivants un peu trop collants. Le jeu commence bien, c’est jouable, c’est beau, c’est fun.

Malheureusement, il n’en va pas de même avec les autres niveaux… En effet, au fil du jeu vous découvrirez que les graphismes sont assez sommaires et le nombre de détails assez faible. Et, malgré quelques effets réussis comme les explosions ou certains effets de lumière, le tout paraît bien pauvre et les décors sont souvent trop « froid » dut aux couleurs pas toujours bien choisies et à certains niveaux particulièrement vides. En revanche, les niveaux ont le mérite d’être très variés (Château, usine désaffectée, île du Pacifique, base nucléaire…) et disposent d’une architecture peu critiquable.

- Les armes et les gadgets :

Qu’est-ce que James Bond sans sa panoplie d’armes et de gadgets ? Ainsi dans 007 Night Fire, vous aurez accès à un large éventail d’armes et de gadgets. Les armes sont assez classiques, vous disposerez de l’éternel pistolet silencieux, Desert Eagle, MP5, fusil à lunette, du Uzi, explosifs ou autres armes réjouissantes. Notons la présence d’un lance roquette à missile téléguidé ressemblant étrangement au Slayer de Perfect Dark. En plus de disposer d’une panoplie d’armes conséquentes, James Bond a des gadgets confectionnés par Q qui s’avèrent dans certaines situations bien utiles… Les gadgets sont assez sympathiques : la montre laser, le décodeur, le rasoir grenade, la clé à décharges électriques, la valise tourelle mitrailleuse et enfin un grappin pour atteindre des endroits normalement inaccessibles.

Les armes sont efficaces mais on a l’impression qu’il n’y a pas de localisation des dégâts. En effet, les ennemis ont en gros deux types de réaction quand ils meurent : soit ils se couchent par terre et poussent un dernier cri, soit ils sont projetés par terre sous l’effet d’une explosion ou d’un tir à la tête. Heureusement, les animations des ennemis sont réalistes au possible (ils se baissent lorsque vous tirez, ils se replient lorsque vous lancez une grenade, ils se cachent derrière les éléments du décor…) rattrapent une localisation des dégâts assez limitée.

- Plus on est de fous…plus on joue !

Pour rattraper une durée de vie assez limitée, un mode multijoueurs a été ajouté pour réchauffer vos longues soirées d’hiver… Si le mode multijoueurs d’Espion pour cible nous faisait regretter un certain Perfect Dark, celui de Night Fire s’en approche sans pourtant l’égaler. Oui, le multijoueurs est réussi. Les arènes sont bien conçues, toutes les armes disponibles dans le mode solo sont accessibles et même certains gadgets peuvent être utilisés comme le grappin ou encore la valise faisant office de tourelle mitrailleuse (contrôlée par le joueur ou non grâce à une caméra fixée sur cette dernière) !

De plus, on peut rajouter désormais six bots entièrement configurables (difficulté, rapidité…) et l’intelligence de ces derniers est particulièrement développée. En outre, des tourelles mitrailleuses, des tanks télécommandés et même des hélicoptères télécommandés peuvent être rajoutés aléatoirement dans les niveaux. Cela permet de rattraper les quelques inégalités d’armes (un joueur disposant d’une simple mitrailleuse ne peut rivaliser avec un lance roquette à missile téléguidé). Pourtant, le mode multijoueurs souffre d’un défaut assez problématique : l’encaissement des dégâts. En effet, lorsque vous tirez sur un ennemi vous aurez l’impression de tirer des balles de mousse tant leur réaction frôle le zéro. Ainsi, vous tirez sans vous arrêter sans savoir si vous faites mouche ou non. Cela se révèle à la longue assez déconcertant et enlève une bonne dose de fun. Cependant, ne boudons pas notre plaisir, le mode multijoueurs est au final réussi et permet de s’éclater lorsque vous aurez finis le jeu solo de fond en comble.

- Graphismes : 14/20

007 Night Fire reprend le moteur amélioré d’Espion pour cible, certains décors sont réussis, d’autres moins, on aurait aimé que les textures soient un peu plus riches et détaillées mais les personnages sont plutôt bien modélisés. C’est tout de même un peu juste pour une 128 bits.

- Animation : 15/20

Le framerate ne chute à aucun moment même lorsque l’écran est surchargé, les animations des ennemis sont globalement réussies et le clipping est à proscrire du soft.

- Bande son : 18/20

LE point fort du jeu, une musique d’intro à l’instar des films James Bond très réussie, les bruitages relatifs aux armes sont parfaits et les musiques reprenant les thèmes de 007 sont orchestrées de fort belle manière.

- Jouabilité : 15/20

Plusieurs configurations possibles, toutes sont exploitables et le joueur après un léger temps d’adaptation pourra sans aucun problème diriger notre Agent préféré. En effet, les commandes sont instinctives et répondent bien. L’ergonomie du pad Gamecube y est pour quelque chose.

- Intérêt : 14/20

Les fans de James Bond devront se procurer ce titre, les autres y verront un FPS correct mais sans grande originalité.

- Durée de vie : 15/20

Le mode solo se finit rapidement, et une fois tous les bonus débloqués, on n’y revient plus. Cependant, le mode multijoueurs est très complet avec pas mal d’armes, de bots et de modes. Mais on est tout de même loin d’un Times Splitters 2 en ce qui concerne le jeu à plusieurs.

- Note général : 89%

Sans non plus égaler Goldeneye, James Bond 007 Night Fire est un FPS de bonne qualité qui souffre d’une durée de vie limitée et d’une réalisation douteuse par endroit. Annoncé comme LE FPS qui révolutionnera le genre, Electronic Arts nous a en fait concocté un simple « Espion pour cible amélioré ». Le jeu s’avère être une petite déception malgré un mode multijoueurs très complet.

- Les plus :

L’ambiance James Bond irrésistible.

La bande son.

Le mode multijoueurs.

- Les moins :

Quelques missions à l’intérêt limité.

Des graphismes trop correct.

Le nombre de missions assez restreint.

Pff le Vrai


existe aussi sur X-box et PS2.
NOTE : 07/10