Consoles-Fan
20/05/2018

Auteur
  

2941 articles en ligne

 
Crash
Loading Like
Premi

Je ne sais pas si les cr

Il y a des jours où il est préférable de rester couché. En traînant sur un forum j’étais tombé sur un topic où une personne vantait les mérites de Crash sur XBOX qu’il venait d’avoir avant sa sortie officielle. Il s’exclamait « Ouaaiiiii il est trop fort ce jeu, c’est du Destruction Derby puissance 1000 !!!! ». Etant un inconditionnel du jeu de stock car de Psygnosis, je me suis rué le jour de sa sortie chez mon revendeur, malheureusement (heureusement ?) il n’avait pas ce titre. Après avoir déambulé dans maintes boutiques, je le trouve enfin dans un centre commercial. 70 €, ce n’est pas donné du tout, mais bon si c’est pour se fendre la gueule je peux me soumettre à un petit sacrifice financier de temps à autre. Je rentre alors tout guilleret chez moi, prêt à m’en prendre plein les mirettes, mais je ne savais pas encore que je m’étais acheté la première simulation de « loading » au monde.

Qu’y a-t-il de plus irritant que les « chargements » ? Alors que l’on commence à peine à s’immerger dans certain jeux, ces écrans maudits sont toujours là au mauvais moment pour rompre le fil de l’histoire. Certes il n’y a pas de scénario dans le titre de Rage, mais laisser le joueur inactif pendant de longues secondes devant sa console n’est pas le meilleur moyen de le captiver.
Crash et les loadings c’est une longue histoire d’amour, tout est fait dans la démesure, le summum du « veuillez patienter » !!! Pourquoi mettre des temps de chargements de cinq secondes ? Le client n’est pas à une minute près.... Vraiment pathétique. Chacune de vos actions sera ponctuée d’une longue attente, pour une partie de quatre heures de Crash (possible ?) la moitié de votre temps sera perdu devant une image fixe indiquant un chargement.

Et si encore le jeu était plaisant à jouer....

Mais bon faudrait pas trop leur en demander à Rage. Le principe est donc très simple, vous contrôlez un véhicule dans une arène où le seul but est de détruire ses adversaires en provoquant des collisions. Pour varier un peu le tout les développeurs ont eu la bonne idée d’insérer des courses et des minis jeux. Les minis jeux sont pour la plupart des cascades, du type sauter dans un anneau par le biais d’un tremplin, ou s’élancer par-dessus de nombreux bus. Il vous sera aussi proposé d’exploser une voiture dans un parking en un temps imparti. Le problème c’est que l’on ne trouve aucun plaisir en jouant à Crash, alors que son ancêtre Destruction Derby avec un principe similaire se révélait jouissif. Pourquoi ? A cause d’une accumulation de défauts.

Premiers constats, les courses, en plus d’être courtes, ont globalement des tracés complètement inintéressants. L’intelligence artificielle est pitoyable, vos adversaires n’essaieront jamais d’esquiver les assauts ennemis ou de contourner convenablement un obstacle. Ils se dirigeront comme des aimants vers un véhicule (souvent vous) sans jamais se tracasser du monde qui les entoure. Certains modes fonctionnent avec un système de points que l’on obtient en provoquant des carambolages, le problème c’est que les collisions provoquent des réactions souvent aléatoires. Continuons avec les chocs, les accrochages ne provoquent aucun plaisir. Peut-être parce que les voitures ne semblent pas avoir de poids et que la gravité des détériorations est elle aussi complètement hasardeuse. On ressent un flagrant manque de puissance et d’inertie. En bref voilà les sentiments que j’éprouve en jouant à Crash, que je gagne ou que je perde je ne ressens aucun plaisir, juste un profond dédain. Et pourtant je l’ai tout de même fini, au cas où « le fun » serait apparut plus tard, mais ce fut en vain.

La maniabilité est du même acabit que le reste, on n’éprouve aucune sensation de pilotage, que ce soit en arène ou lors des épreuves de cascades. Les causes ? Les mauvais points cités plus haut et une visibilité très réduite. Le contrôle des véhicules est donc axé arcade, phénomène accentué par la présence de turbo. La durée de vie solo est très courte, un après-midi suffira pour venir à bout de Crash. On essaye alors de se consoler avec le multijoueur jouable à 4 simultanément, mais passé deux minutes vos amis seront probablement déjà lassés. Et ce ne sont pas les nombreux modes comme le dénommé « chasseur » où il faut survivre contre tous les autres fous furieux de la route qui vous tiendront longtemps en haleine. On persévère pour débloquer les véhicules cachés sans jamais avoir le sourire aux lèvres.

La réalisation n’est pas d’un très haut niveau, sans que cela soit désastreux. Quelques effets spéciaux sont sympas, les voitures sont assez bien modélisées et plusieurs éléments de celles-ci peuvent se détacher lors de collisions. On retrouve des véhicules provenant de plusieurs générations, années 60, 70, à 90. Malheureusement le tout reste désespérément vide, avec des couleurs beaucoup trop criardes. De plus on remarque un aliasing assez déplaisant couplé à quelques scintillements. L’animation est parsemée de nombreux ralentissements, mais rien de réellement catastrophique et gênant. L’ambiance sonore est elle aussi assez controversée, alors que les bruits des chocs sont agréables et que la musique punk colle plutôt bien à l’action, les ronflements des moteurs et les commentaires sont assez énervants. Pour les réfractaires de ce genre musical, il est possible d’utiliser ses propres chansons chargées au préalable sur le disque dur de la Xbox.

En conclusion nous avons un jeu qui, à la base, n’est pas amusant, extrêmement court et qui est en plus ponctué de chargements interminables et extrêmement nombreux. Même en occasion Crash serait une mauvaise affaire, et pourtant je suis vraiment un adorateur de ce type de jeu, mais il y a des limites.

Vertigo


Le jeu a
NOTE : 03/10