Consoles-Fan
19/09/2018

Auteur
A Lire Egalement

A Lire Egalement

A Lire Egalement

  

3012 articles en ligne

 
Tom Clancy’s Ghost Recon
J’ai cru voir un fant
Ouh, Sammy j’ai peur !

La Russie est retomb

Après Rainbow Six et Rogue Spear, Red Storm nous revient avec Ghost Recon toujours réalisé en collaboration avec Tom Clancy. Et Pourtant, même s’il s’agit toujours d’un Tactical FPS, Ghost Recon n’a plus grand chose à voir avec les deux épisodes qui précèdent. Si Rainbow Six et Rogue Spear vous plaçaient à la tête de l’élite d’une unité spéciale anti-terroriste, Ghost Recon vous envoit réaliser des opérations coup de poing afin de déjouer les plans de l’ennemi. Vous êtes une sorte de dernier caillou dans la chaussure ennemie, des commandos chargés d’éliminer furtivement l’ennemi, de l’affaiblir en immobilisant son artillerie lourde ou encore d’effectuer des missions de sauvetage.

Vous pouvez composer vous mêmes vos équipes : chaque soldat a des aptitudes et des différences : vous pouvez en débloquer de nouveaux, plus vaillants, plus performants au cours du jeu. Mais pour ceux que ça n’intéresse pas et qui ont envie directement de passer aux choses sérieuses, une gestion automatique est diponible ! De toute manière, la gestion de vos hommes n’est plus aussi pointue que dans Rainbow Six.

Bourrins s’abstenir !

Inutile de foncer comme un dingue en tirant dans tous les sens, vous allez vous faire dégommer comme un lapin ! Vous devez progresser de fourré en fourré en observant attentivement l’environnement. Surtout, ne restez pas à découvert ! Les décors sont truffés de soldats embusqués qui n’attendent qu’à vous surprendre dans leur ligne de mire. Aussi, si vous voulez foncer, il vous en coûtera la vie de quelques soldats, ce qui pourrait bien mettre la mission en péril ! Une seule solution réellement efficace : avancer lentement, scruter l’horizon, se camoufler et sniper un maximum d’ennemis. La croix de votre visée vous montre avec quelle réussite vous allez atteindre votre cible. Ne bougez plus ! Plus vous restez stable, plus la croix se resserre. Lorsqu’elle est complètement resserrée, vous ferez mouche sans l’ombre d’un doute ! Si vous tirez avant, quelques balles iront se perdre dans la nature.

Mais rassurez-vous, vous n’êtes pas seuls ! Vous dirigez un des 6 personnages, vous pouvez incarner celui que vous désirez à n’importe quel moment de la partie. Si vous mourrez, vous serez même forcé de changer. Mais en aucuns cas, vos hommes ne vous laisseront tomber : lorsque vous dirigez un soldat, tous les membres de l’équipe vous suivent tout en vous couvrant. Leur intelligence est très bien gérée et il leur est même arrivé de me sauver la vie lors de guêt-à-pens lâchement organisés par les adversaires ! Ces derniers sont également très intelligents. Ils se replient lorsque vous leur tirez dessus et tentent de réagir à votre attaque en se repositionnant. D’ailleurs, ce qui est très intéressant, c’est qu’en rejouant à certains stages, vous vous rendrez compte que vos adversaires ont mis en place différentes tactiques pour tenir leur poste !

La deuxième équipe que vous dirigez est gérée indépendamment. Il faut donc incarner un soldat de la seconde équipe afin de poser cette seconde équipe en renfort éventuel si la mission tournait mal ! Cependant, il vous est possible via la carte d’ordonner à l’équipe que vous laissez momentanément de côté de se déplacer vers un point de rendez-vous. Assurez-vous tout de même que la zone a été nettoyée afin de vous éviter de régler deux conflits armés simultanément. Il est aussi possible de splitter la mission en deux afin d’éviter de trop longs déplacements. Tout le monde imagine en tous cas ici l’intérêt d’un mode coopération jouable à deux ou du XBox live qui permettra aux joueurs de coopérer également ou de s’affronter !

Une mission se termine lorsque chaque étape de la mission est accomplie. Certaines étapes sont facultatives. Tout dépend de votre niveau d’héroïsme ;) La dernière étape consiste la plupart du temps à évacuer votre équipe vers un point d’extraction. Ce point est automatiquement annulé si vous avez éliminé tous les ennemis de la carte. Il n’y aurait en effet plus grand suspens !

Si vous savez compter, vous avez du déduire que chaque équipe est constituée de 3 soldats. La mission a échoué si les deux équipes sont entièrement décimées. Chaque membre de votre équipe est un tireur d’élite avec sa spécialité et ses armes de prédilection. Vous aurez donc l’occasion d’essayer toute une panoplie d’armes différentes, lourdes ou légères. Attention cependant aux munitions qui sont très limitées.

La maniabilité est très simple d’accès : le bouton A pour recharger son arme, un bouton B pour en changer, le bouton L pour tirer, un clic sur le stick analogique de droit pour zoomer, un clic sur le stick analogique de gauche pour ouvrir les portes, le bouton L et la croix directionnelle pour gérer les cartes. En plein jeu cette croix directionnelle vous permet d’effectuer un pas de côté ou de passer des positions « debout » à « coucher » en passant par « accroupi » en un rien de temps. Les déplacements sont gérés par les deux sticks analogiques comme on le rencontre de plus en plus souvent dans ce type de jeu.

Une réalisation faible

Techniquement parlant, Ghost Recon a plutôt mauvaise mine. Les décors se veulent réalistes mais sont très anguleux et vides. Enfin cela dépend d’un stage à l’autre car dans les zones habitées, cela devient quand même un peu plus joli malgré que les textures sont fort floues pour de la Xbox. Puisqu’il y a peu à afficher, l’animation pourrait alors au moins être parfaite, mais ce n’est pas le cas : elle est assez sèche. Heureusement, on ne se déplace pas très rapidement et le gameplay n’est pas remis en cause. Cependant, il est parfois difficile de bien ajuster son tir. Il y a aussi pas mal de clipping même s’il est vrai qu’on voit très loin dans le jeu.

Mais un intérêt fort

Pourtant, Ghost Recon est passionnant. Tout simplement parce que les missions proposées sont très variées et vous chargent de lourdes responsabilités. Certaines missions se dérouleront en pleine nuit, histoire de les rendre un peu plus stressantes. Vous devrez impérativement utiliser vos lunettes de vision nocturne ! La météo est aussi bien gérée avec des éléments atmosphériques parfois dérangeants comme de la pluie et de la brume. Les journées ensoleillées seront moins gênantes mais évitez tout de même de vous retrouver à contre-jour.

La bande-son est très pesante. Outre les bruissements et bourrasques de vent, on entend la respiration haletante et angoissée des soldats pris sous une fusillade.

Quelques vidéos de très bonne qualité viennent agrémenter le jeu en guise de récompense. On peut observer avec recul les dégâts que l’on a occasionnés.

J’ai aussi noté un petit détail amusant, vous pouvez incarner Nicolas Tse. Sans doute un petit clin d’œil à Nicoladze de Splinter Cell !

Les missions de Ghost Recon sont toutes plus variées les unes que les autres : qu’il s’agisse de destruction de ponts, de tanks, de missions de sauvetage ou encore d’éliminations de camps stratégiques, Ghost Recon vous fera vivre tantôt des moments d’héroïsme, tantôt des moments de sueur froide. Car Ghost Recon vous met la peur au ventre lorsqu’il ne vous reste plus qu’une poignée d’hommes suite à une embuscade que vous n’avez pas déjouée. Il va falloir terminer la mission avec ce qu’il vous reste comme hommes, sans quoi il vous faudra la recommencer depuis le début. Vous travaillez sans filet et donc sans check point ! Normal, le jeu se veut réaliste !

Je me souviens avoir couru comme un fou sous les balles, complètement désarmé, vers le point d’extraction. Je peux vous dire que là, on prie le petit Jésus pour que les snipers ne vous logent pas un peu de métal dans la nuque. On ne s’arrête plus de se servir de son plan, on tente de se maintenir dans une direction afin d’effectuer le trajet le plus court vers le point d’extraction tout en ayant les yeux rivés vers la jauge de vie représentée par un personnage en bas à droite sur l’écran qui change de couleur. Vert, vous êtes en bonne santé, jaune, vous êtes blessé mais bon au combat et rouge, vous êtes mort ! Cette icône est très pratique car elle indique si le personnage que vous dirigez est debout, accroupi ou rampe. Evidemment, pour le vérifier, il suffit d’avancer puisque vous ne progressez pas à la même vitesse, mais à l’arrêt, cette option se révèle très pratique.

Ghost Recon devrait faire mouche auprès des inconditionnels de Rainbow Six et Rogue Squadron. Plébiscité par les beta testeurs du Xbox live comme leur jeu préféré online sur XBox, Ghost Recon risque bien de nous empêcher de dormir ces prochains mois.

Graphismes : 62%
Des graphismes réalistes mais les textures utilisées manquent un peu de finesse.

Animation : 67%
L’animation est dans l’ensemble assez sèche, mais on nage quand même dans le politiquement correct.

Jouabilité : 72%
Un gameplay très intéressant qui n’ouvre pas de nouvelles opportunités et surfe peut-être un peu trop sur un concept classique qui a tout de même fait ses preuves.

Bande Son : 87%
Une excellente ambiance sonore, très soignée, très présente !

Intérêt : 84%
Un excellent titre captivant qui reste un peu timide du point de vue de la réalisation.

Note Globale : 70%
De quoi passer quelques nuits blanches, pour autant que vos nerfs tiennent le coup !


Existe aussi sur PS2 et Gamecube.
NOTE : 07/10