Consoles-Fan
18/10/2018

Auteur
  

3031 articles en ligne

 
Fragrance Tale
Une pointe de musc
Peu importe le flacon, pour autant qu’on aie l’ivresse

Avec un nom pareil, on ne peut s’attendre qu’

Pshit pshit sous les bras !

Le premier constat est surtout graphique, c’est vraiment très léché, le coup de crayon est précis, les couleurs se battent entre elles pour savoir qui sera la plus belle (miroir, ô mon miroir). Les détails fourmillent de toute part et il arrive que l’on reste fixé sur une image à la contempler plusieurs minutes.

Le personnage principal du jeu semble avoir été propulsé d’un monde réel vers un monde imaginaire. Le sujet a été déjà maintes fois abordé comme par exemple dans El Hazard Ou Vision of Escaflowne mais c’est avec un certain plaisir que l’on retrouve ce thème très féérique. Le joueur retrouvera en tous cas assez rapidement ses marques mais il ne rentrera pas dans l’histoire car à tout moment, les décors et leur côté en toc empêchent cette immersion. On reste donc spectateur des différentes scènes mais cette sensation n’est pas vraiment désagréable.

Tout comme dans Black Matrix (Segasaturn et Dreamcast), la notion de dualité revient à la charge avec le clan angélique et le clan diabolique qui vont s’affronter dans une histoire des plus passionnantes. Et comme nous sommes en plein Héroïc Fantasy, les personnages bénéficient de vêtements et d’armures de toute grande classe, du style Record of Lodoss War, mais en gardant néanmoins une touche exotique et personnelle.

En bref, tout cela sent très bon (ha ha ha) mais il faut néanmoins relever quelques petits défauts qui sont tout de même assez légers. La perspective des décors est assez mal rendue ce qui donne un aspect décor de théâtre à l’ensemble du jeu. On finit par s’y faire avec le temps. La musique est peu élaborée, elle est sympathique comme tapis musical mais une musique symphonico-médiévale aurait été certainement du meilleur effet.

Moi je suis fraîche et ça se voit... Nartaaaaa !

Fragrance Tale m’a charmé par son côté héroïc fantasy et par son petit côté simpliste. On suit l’aventure tout en restant assez distant de cet univers reconstitué. Ce détail risquera sans doute de vous décevoir, dans ce cas-là, vous seriez tout de même assez difficile étant donné la réalisation générale du titre qui respecte les conventions de tout bon digital comics. Parfois, il vous sera demandé d’interagir avec le décor en balladant un curseur sur différentes positions prédéfinies.

Fragrance Tale a également ce je ne sais quoi de oldschool. Sans doute, lui ai-je trouvé un petit côté rétro qui lui confère pourtant dans la production actuelle une place originale puisque même si le jeu n’innove pas vraiment, il donne une impression de fraîcheur au joueur qui n’est plus trop habitué à ce style d’environnement graphique.

Et puis le concept de jeu est assez original, vous devez réaliser quelques nouvelles senteurs parfumées C’est un peu le pendant de Atelier Marie sauf qu’ici il ne s’agit point de chimie mais de _ _ _ _ _ _. A ce stade du test vous devriez pouvoir compléter par vous-même ! Mais bon on chipote, on chipote et puis on se demande si tout compte fait passer ses journées entières dans son petit chez soi à fabriquer des nouvelles senteurs c’est pas un petit peu barbant, mmmm ?

Oh vous recevez bien parfois la visite de quelques clients que vous allez conseiller de manière la plus efficiente possible.

Bon, en gros, ce jeu devrait plaire à tous les fans du genre, il sort un peu du lot grâce à son originalité graphique qui rappelle les jeux d’antant et qui se font bien rare à l’heure actuelle. Mais malgré tout, le jeu se révèle fort fort répétitif.

Est-il encore utile de dire que ce jeu s’adresse uniquement aux initiés, les autres ne comprendront même pas comment de tels jeux puissent exister.

Graphismes : 72%
Des graphismes un peu naïfs, très colorés pour un environnement en toc !

Animation : —%
Dans ce style de jeu, l’animation n’occupe pas une place importante.

Jouabilité : —%
Vous savez appuyer sur un bouton ?

Bande Son : 63%
Ce n’est clairement pas le point fort du soft. Takuyo a bien tort de négliger ce point.

Intérêt : 66%
Au niveau de sa réalisation, Fragrance Tale n’apporte pas réellement de quoi mouvementer la ludothèque de digital comics de la Dreamcast ; cependant, l’environnement graphique et le design des personnages sont suffisamment intéressants et diffèrent assez de la production habituelle. Quelques dessins animés sont également de la partie ! Le jeu est malheureusement extrêmement répétitif.

Note Globale : 66%
Il faut néanmoins garder à l’esprit que ce genre de titre ne plaira pas à tout le monde. Seuls les initiés comprendront l’intérêt d’un tel titre.


NOTE : 06/10