Consoles-Fan
23/09/2018

Auteur
A Lire Egalement

A Lire Egalement

A Lire Egalement

A Lire Egalement

A Lire Egalement

A Lire Egalement

A Lire Egalement

A Lire Egalement

A Lire Egalement

A Lire Egalement

A Lire Egalement

A Lire Egalement

  

3015 articles en ligne

 
Sakura Taisen
Davy1,
bourr

Voici l’adaptation en Dreamcast du hit qui a fait le bonheur de bon nombre de joueurs sur Saturn. Le jeu a connu un vif succ

L’important, c’est l’intérêt !

Chaque fois que je joue à ce jeu, je ne peux m’empêcher de penser à Resident Evil Code Veronica. Les deux jeux n’ont en fait strictement rien à voir. Mais ils offrent au joueur une telle qualité de scénario que vous ne pouvez qu’être transporté dans l’univers de Sakura Wars et devenir un mordu de la série. Il n’est pas nécessaire de comprendre le japonais pour comprendre le scénario, les nombreux dessins animés étant très explicites.

Force est de constater qu’à l’heure actuelle, Sakura Wars est un des meilleurs titres du genre ! J’avais déjà terminé le jeu en Saturn, je l’ai recommencé en Dreamcast, et le résultat est le même : pas moyen d’éteindre sa console ! Même la deuxième fois, j’y ai passé quelques nuits blanches !

Bien entendu, si vous avez déjà Sakura Wars en Saturn, le rachat en Dreamcast est accessoire... mais si vous ne connaissez pas ou que vous n’y avez jamais goûté, il est incontournable. Les nouveautés en Dreamcast sont en effet assez limitées. Les graphismes sont plus fins, les dessins animés (très très nombreux) bénéficient de la compression vidéo de la Dreamcast, et enfin, le jeu utilise le vibreur.

Graphiquement, il n’a pas vieilli, la 2D est toujours aussi belle même s’il est vrai que ces dernières années elle n’a plus vraiment évoluée, les éditeurs se concentrant souvent sur les jeux en 3D. Les graphismes reflètent un Japon à la fois médiéval et moderne. Ils sont très colorés. Les coups spéciaux, impressionnants à l’époque, on tout de même un petit peu vieillis, mais c’ est le seul point négatif que j’ai pu retenir du jeu, et c’est vraiment parce que je me devais d’en trouver au moins un ! Par contre les attaques couplées...Rhâââââ...

Ce "défaut" devrait disparaître dans le deuxième épisode puisque les programmeurs avaient fait appel à un mélange somptueux de 3D (qui sera donc lissée sur Dreamcast) et de 2D. Mais nous en reparlerons en temps voulu.

Un jeu très varié

Le jeu est divisé en 10 chapitres. Il y aura donc 10 petites histoires à découvrir. Même si elles sont séparées, elles assurent la continuité de l’histoire globale. Pendant le jeu, vous aurez droit à du digital comics, superbe, pas trop long pour ceux que ça irrite, et ponctué de nombreux dessins animés.

Vous avez la possibilité de diriger votre personnage d’une pièce à l’autre de la maison (en fait du théâtre impérial si vous avez lu le dossier) à l’aide d’un plan. A vous de vous arranger pour retrouver les personnages que vous préférez, car vous verrez la fin du jeu avec le personnage féminin qui vous aime le plus. Il y a donc 6 fins différentes. Ne rêvez pas trop non plus, vous ne verrez pas l’intégralité des dessins animés en terminant le jeu une seule fois !

Outre la partie digital comics, la plus large partie du jeu est consacrée au combat qui se déroule comme un tactical RPG classique. Les combats sont passionnants mais il faudra être attentif à votre robot personnel : s’il est détruit, la partie est perdue. Par contre, vous pouvez vous permettre de perdre vos alliées féminines qui obéissent à vos ordres... Un jeu assez macho tout compte fait !

Sakura Wars est également rempli d’humour : ce qui se traduit par les mimiques tragico-comiques des différents personnages. Divers mini-games hilarants viennent ponctuer également la partie. Vous ne les découvrirez pas tous non plus en une seule partie. Ils se déroulent dans les différentes pièces du théâtre impérial. Vous aurez droit au cours de cuisine ou au sauvetage mémorable de la fille qui vocifère comme une folle dans la piscine.

Graphismes : 82%
Des graphismes qui nous paraissaient somptueux sur Saturn mais là on est sur Dreamcast ! Ne vous y trompez pas : le jeu reste très beau et n’a pas vraiment vieilli ! Il serait dommage en tout cas de le rater.

Animation : 80%
La réalisation est correcte mais ce n’est pas vraiment le point principal de ce genre de jeu

Jouabilité : 91%
Très facile à maîtriser.

Bande Son : 96%
Les musiques sont absolument somptueuses, tantôt très japonaises, tantôt très symphoniques : on se sent apaisé :)

Intérêt : 99%
Sakura Wars est un hit ! il n’arrivera sans doute jamais en version américaine ou européenne, alors laissez vous tenter, le japonais ne vous empêchera pas de progresser dans le jeu.

Note Globale : 90%
Le jeu aurait eu un note plus forte sur saturn pour la prouesse technique, mais puisque les chiffres sont normalement moins significatifs que les mots, sachez qu’il s’agit d’un de mes 10 jeux préférés toutes consoles confondues. Il serait vraiment dommage de passer à côté.


NOTE : 09/10