Consoles-Fan
20/10/2018

Auteur
A Lire Egalement

A Lire Egalement

A Lire Egalement

A Lire Egalement

A Lire Egalement

A Lire Egalement

A Lire Egalement

A Lire Egalement

A Lire Egalement

A Lire Egalement

A Lire Egalement

A Lire Egalement

  

3031 articles en ligne

 
Sakura Taisen 3
Le meilleur jeu de la Dreamcast...
Et peut-

Sakura Wars 3 est le point d’orgue du Sakura Project 2000. Red et Overworks (Sega) n’ont pas le droit de d

Pour le troisième épisode de la série, si l’on ne tient pas compte des jeux dérivés, Oogami se retrouve à Paris (celui qui ose m’envoyer un e-mail pour me demander si ce jeu à un rapport avec la daube "les Razmokets à Paris", gare à lui !) laissant derrière lui, au Japon, sa fidèle équipe de pilotes de méchas. Oogami, l’officier que vous incarnez, devra donc sympathiser avec ces nouvelles équipières parisiennes joliment appelées les Fleurs de Paris. On pourrait regretter l’absence des filles des deux épisodes précédents mais il faudrait savoir ce que l’on veut à la fin : soit il n’y a pas de nouveauté et on râle, soit on innove et on râle de la disparition de certains personnages. Mais la nouvelle équipe est tellement attachante qu’elle vous fera oublier rapidement ce point dommageable.
points.

De l’harmonie dans la présentation, une interface unique.

Les scénaristes ont donc véritablement décidé de changer d’environnement graphique. Exit l’ambiance japonaise du début du siècle et place au Paris du début du siècle et à sa période Art-déco, aux arabesques et aux affiches largement inspirées de Toulouse-Lautrec et Mucha. Malgré ce dépaysement total, le joueur des deux premiers épisodes retrouvera rapidement ses repères.

La partie digital comics (cette fois-ci en plein écran) est toujours très fine, très colorée et bourrée de petits détails. Un minimum d’animation et d’expressions qui vous plongent dans l’histoire rendent vraiment cette partie très agréable. On retrouve également pas mal de comiques de situation ! Cerise sur le gâteau, de nombreuses séquences animées agrémentent cette partie de l’aventure qui laisse place de plus en plus aux combats au fur et à mesure que l’on progresse dans le jeu.

points. Pendant ces phases, il vous faudra développer votre affinité par rapport aux 5 demoiselles (Erica, Hanabi, Coquelicot, Lobelia et Glycine) qui sont sous votre commandement. Plus elles vous apprécient, plus elles sont efficaces pendant les combats. A noter que vous verrez la fin du jeu avec la fille qui vous apprécie le plus, il existe donc 5 fins différentes.

points. Vos déplacements d’un lieu à l’autre se dérouleront sur une carte entièrement modélisée en 3D. Vous y ferez de nombreuses rencontres qu’il vous sera possible de nier ou non. Vous pourrez ainsi visiter de fond en comble Montmartre et son cabaret "Les Chattes Noires" qui fait office de couverture au groupe d’intervention des Fleurs de Paris que vous commandez. Et sait-on jamais, peut-être ferez-vous des rencontres heureuses dans les douches du cabaret ! Peut-être aurez-vous également la chance de participer à des minigames d’adresse ou de réflexion.
points.

Prêt ? En avant !

Mais lorsque l’alerte est donnée et que l’heure du combat sonne enfin, il faut revêtir son costume de combat, rejoindre au plus vite son mécha et emprunter des tunnels et moultes passages secrets pour jaillir à la surface et combattre vaillament l’ennemi ! Figurez-vous que c’est le métro qui sert de rampe de lancement, rassurez-vous, on abaisse des grillages pour protéger les usagers de la RATP, il fallait y penser ! C’est donc toute une parade, toute une mise en scène digne de Goldorak à laquelle nous avons droit mais il est vrai que les deux premiers épisodes nous avaient déjà habitué à ce délire.

points. Les combats sont en 3D temps réel. Les mouvements de caméra permettent au joueur d’admirer les décors comme bon lui semble et certaines cinématiques en temps réel entre deux phases de combat renforcent encore leur côté spectaculaire. Les décors sont tellement détaillés qu’une liste exhaustive de ces détais est impossible à dresser. C’est avec grand plaisir que l’on combat sur des sites aussi prestigieux et variés que la Bastille, l’Arc de Triomphe, la Concorde, le Musée du Louvre, l’Opéra Garnier, l’avenue des Champs Elysées ou encore la Tour Eiffel.

points. Niveau animation, là aussi le jeu est très fluide. Il est possible de déplacer la caméra quand bon vous semble : la Dreamcast en a vraiment sous le capot. En fait, Sakura Wars 3 est tellement beau que la concurrence se voit une fois de plus ridiculisée ! Mais vous le savez, l’excellence technique n’est rien si le fond ne suit pas !
points.

Un tactical RPG peu dirigiste !

Une autre nouveauté et non des moindres est la véritable évolution de la jouabilité. Les tactical RPG sont généralement plutôt dirigistes et les deux premiers Sakura Wars ne dérogeaient pas à cette règle. Il faut se déplacer généralement de case en case préétablie. Cette fois-ci vous pouvez vous déplacer où bon vous semble et vous arrêter où vous le désirez dans un cercle dont le rayon maximal correspond au nombre maximum de briques consommables. Une unité de distance est représentée par une brique. A vous de décider du nombre de briques que vous utiliserez. (pour un peu on se croirait sur le jeu pyramide !)

Si un point proche est inaccessible car il se situe à une certaine hauteur ou il est obturé par un élément du décor, vous pouvez tenter de contourner l’obstacle sans pour autant quitter le cercle et rejoindre le point visé. Peu importe la quantité de pas effectués, seule votre distance à vol d’oiseau sera prise en compte, autrement dit, c’est comme si vous ne vous étiez presque pas déplacé et que vous aviez encore la possibilité d’utiliser un grand nombre de briques à votre guise. Vous l’aurez compris, ce paramètre est intéressant car s’il est bien géré, il vous permet d’effectuer des déplacements efficaces. Veillez aussi à ne pas bloquer vos partenaires en bouchant bêtement une issue. Il arrive que votre partenaire puisse malgré tout vous contourner via un détour et encore une fois, s’il ne quitte pas le champ d’action déterminé par le fameux cercle, une fois qu’il vous a contourné, peu importe le nombre de pas effectués, seule la disance effective à vol d’oiseau entre le point de départ et d’arrivée compte !

points.

Vous pouvez également décider de recharger votre barre de magie qui une fois pleine vous donnera accès à de splendides magies. Vous pouvez également choisir de vous protéger, donner de la vie à un partenaire ou de faire une attaque normale. Plusieurs attaques normales déclenchées d’affilée provoquent des combos dont la majestuosité n’est plus à démontrer.

points. Chacune de ces actions énoncées plus haut vous coûtera un certain nombre de briques. C’est à vous de décider quels choix judicieux vous effectuerez afin de rentabiliser vos briques de manière efficiente. Cependant, si vous pouvez décider d’utiliser autant de fois la frappe normale ou le déplacement, des actions comme la protection ou l’augmentation de la barre de magie ne sont sélectionnables qu’une seule fois par tour même s’il vous reste un nombre de briques suffisant pour les déclencher. Vous pouvez également configurer votre barre composée de briques en renonçant par exemple à une des actions possibles. En contrepartie, les autres actions vous coûteront moins de briques. A vous de voir quelle méthode vous préférez adopter.
points.

Encore plus de tactique

Ce nouveau système de jeu va en faire des heureux. Les fans de tactical seront contents puisque le jeu est encore plus abouti dans les possibilités tactiques. Ceux qui sont rebutés par des combats passifs "où on appuie que sur un bouton et on regarde ce qui se passe" seront ravis puisqu’ils seront mêlés au combat (étant donné qu’un bouton génère une action immédiate) tout en décidant du nombre exact de fois que vous frappez l’adversaire.

Mais revenons-en aux magies. Comme je vous l’ai expliqué plus haut, vous pouvez à chaque tour faire grimper votre barre d’énergie magique mais cette dernière augmentera également lorsque vous encaisserez des coups, un peu à la manière d’une barre de furie dans un jeu de baston. Pour déclencher une magie, il suffit que la barre de magie soit pleine, d’appuyer sur le bouton B. Il faut alors choisir un ennemi. Si un autre ennemi se retrouve dans la surface colorée qui constitue la portée de votre tir, il écopera lui aussi. Ces aires de portée des magies prennent des formes (vague, tête de chat...) en fonction du personnage qui l’utilise et du style de la magie. Appuyez sur le bouton A pour valider. Un superbe mélange d’images de synthèse et de 3D temps réel (ceux qui ont joué à Grandia 2 savent très bien ce dont il s’agit) présente alors un festival impressionnant d’effets spéciaux comme de la distorsion de polygones et des effets de transparence et de lumière.

Côté scénario, même si vous ne comprendrez pas les dialogues puisqu’ils sont tous en japonais (il y a bien quelques mots en français prononcés avec un accent japonais qui doivent sans doute faire très exotiques au pays du soleil levant) mais par contre le scénario ne vous échappera pas vraiment puisque les expressions des visages, la mise en scène de qualité sont telles qu’il ne faut vraiment pas être très malin pour comprendre ce qui se passe ! J’en veux pour preuve toute l’émotion que dégage ce jeu alors que tout se déroule en japonais ! Comment expliquez-vous cela ?

Les missions sont également très variées et font appel à la perspicacité du joueur, le mettent à rude épreuve dans un contre la montre (il faut essayer d’effectuer une mission avant que le bateau ne coule) ou encore éviter divers pièges.

Contrairement aux anciens épisodes où l’on avait un oeil sur ce que pouvait bien manigancer les ennemis, (un scénario se construisait même vis-à-vis de chaque ennemi, ils s’en allaient vaincus mais pour mieux revenir après) ici, les ennemis se suivent et ne se ressemblent pas. Ils sont humains mais peuvent prendre des formes d’animaux. Un concept qui n’avait pas été abordé dans les autres épisodes. En tous cas, on ne sait pas vraiment d’où ils sortent et où ils repartent une fois vaincus... Enfin, c’est ce qu’on veut bien nous laisser croire, car Sakura Wars 3 a décidemment plus d’un tour dans son sac... Mais bien entendu je vous laisse le droit de découvrir ce jeu fort en rebondissements.

Une drogue

Une expérience unique, des sensations pures, une musique poétique, une envolée lyrique mêlée à la mélancolie de certains morceaux au piano, Sakura Wars 3 est tout ça à la fois. Un jeu rare et réussi est un jeu qui communique des émotions et Sakura Wars 3 fait partie de ceux-ci ! On frissonne de bonheur. Quand je repense au dernier stage : un tel festival de couleurs m’a rappelé la féérie de Nights.

Il y aurait encore beaucoup à dire sur ce jeu tant la richesse de Sakura Wars 3 est incroyable. On pourrait parler de la petite partie de cache-cache avec Coquelicot mais il ne faut pas vous en dire trop afin que vous puissiez savourer l’intrigue romantique de ce jeu à sa juste valeur.

A chaque fois on se dit, "allez, c’est le dernier chapitre, après j’arrête". Et puis le chapitre se termine et on visionne un teaser du chapitre suivant. Bien entendu on démarre le chapitre suivant par curiosité et forcément c’est exactement ce qu’il ne fallait pas faire, on est pris dans l’engrenage et on termine le chapitre et ainsi de suite à en passer des nuits blanches !

Ne vous privez pas d’émotions intenses !

La plus grosse bêtise que vous pourriez faire est de vous dire que vous allez acheter ce jeu parce qu’il se passe à Paris tout en négligeant les deux premiers épisodes qui sont également des petits bijoux. Si vous prenez cette option, certes, vous jouerez à un excellent jeu mais vous passerez à côté d’un grand nombre d’éléments. Pour ne pas en dire trop, je dirais que c’est un petit peu comme si vous regardiez le film Star wars : le retour du Jedi, sans avoir vu le reste ! Maintenant, vous êtes libre de faire ce que vous voulez, surtout que l’achat de 3 jeux représente une certaine somme d’argent, mais vous pourriez éventuellement étaler vos achats. L’idéal étant bien entendu d’avoir suivi la série au fur et à mesure, mais je me doute que bon nombre d’entre vous risquent de découvrir Sakura Wars seulement maintenant alors que la série existe depuis 1996. En tous cas une chose est sure, ce jeu vous rendra heureux.

Graphismes : 98%
La reconstitution des quartiers de Paris, du mapping très détaillé, une réalisation époustouflante. Le design des personnages leur donne une grande personnalité.

Animation : 95%
Une caméra très libre qui vous immerge dans les quartiers parisiens. Les cinématiques ont bénéficié d’un soin considérable.

Jouabilité : 99%
Oh, ce n’est pas qu’elle soit extraordinaire en soi mais je récompense ici la grande ingéniosité et originalité du système de jeu proposé

Bande Son : 99%
A tomber par terre (mais alors en prenant un de ces élans !) Une créativité sans égal, des morceaux au piano d’une légèreté enchanteuse, une ambiance envoûtante qui donne corps et esprit au scénario.

Intérêt : 99%
Que dire de plus sur ce jeu incontournable de la Dreamcast si ce n’est que si vous ne l’achetez pas vous vous êtes sans doute tout simplement trompé de console.

Note Globale : 99%
Ce n’est pas l’envie qui me manque de mettre 100% mais voyez la note de 99% comme une note optimiste : espérons que la prochaine fois ils fassent encore mieux !


Sakura Wars 3 est disponible en 3 versions. La version normale ou deux versions collectors avec soit une bo
NOTE : 09/10