Consoles-Fan
24/01/2019

Auteur
A Lire Egalement

A Lire Egalement

A Lire Egalement

A Lire Egalement

A Lire Egalement

A Lire Egalement

A Lire Egalement

A Lire Egalement

A Lire Egalement

A Lire Egalement

  

3070 articles en ligne

 
Spider-Man : The Movie
Un jeu pour les webmasters
Ni

Tout film am

Spider-Man the movie reprend donc la trame du film réalisé par Sam Raimi (Evil Dead, Darkman, Mort ou vif...) où l’on découvre l’histoire de Peter Parker, un reporter à la double personnalité connu aussi sous le nom de Spiderman. Ce soft de Treyarch reprend le gameplay que l’on avait pu découvrir dans les précédentes adaptations Dreamcast et Psone du tisseur de toile, des opus globalement assez médiocres. Les développeurs de Tony Hawk 2 Dreamcast ont pourtant réussi à nous concocter un jeu d’aventure assez convenable à partir de cette licence de blockbuster.

Bien que le jeu suive le scénario du film, les petits gars de Treyarch se sont permis quelques écarts comme des rencontres avec le Scorpion, Shocker ou encore le vautour. Le grand méchant est toutefois toujours incarné par le bouffon vert qu’il faudra affronter dans maintes confrontations terrestres et aériennes. Un didacticiel vous permettra de vous familiariser avec les très nombreuses possibilités que peut exécuter Spiderman. Il peut se balancer grâce à ses toiles, se pendre au plafond, se battre, ligoter ses ennemis et j’en passe. Le périple de l’homme araignée commence alors qu’il n’est vêtu que d’un affreux déguisement, juste après le décès se son Oncle Ben qui avait mangé trop de riz (oui je sais, je sors ^^). Il revêtira rapidement son costume définitif pour aller traquer du bandit dans diverses missions variées et intéressantes. Il faudra infiltrer sans se faire remarquer les immeubles d’Oscorp, désamorcer des explosifs que le Bouffon Vert a disséminés dans la ville, essayer d’approcher le Shocker qui use de ses talents surnaturels dans le métro ou encore escalader une tour piégée pour arriver à son sommet. Les niveaux seront entrecoupés de quelques scènes en images de synthèse inspirées du film, de qualité moyenne elles font toutefois actes de présence.

La difficulté est malheureusement très mal dosée, le jeu n’est pas vraiment difficile mais il faudra souvent succomber et perdre une vie face aux ennemis pour ensuite traverser un passage sans problème (un peu comme dans Another World ou Flashback sans toutefois tomber dans ces extrêmes, dans Spiderman la deuxième fois on a compris). Dans tout les cas je vous conseille de jouer en mode de difficulté « normal » si vous ne voulez pas finir le jeu en peu de temps, le « easy » se révélant bien trop simple d’accès.

A la base un jeu d’aventure, le soft de Treyarch contient toutefois une grande part d’action. Les combats sont fréquents et vos réflexes seront fréquemment mis à rude épreuve. Notre acrobate arachnophile dispose d’une importante panoplie d’attaques basée sur les coups de poings et de pieds. Il pourra obtenir de nouveaux combos offensifs en dénichant des emblèmes d’araignées dorées. Notre reporter ne serait pas qualifié de super héros s’il ne possédait pas de pouvoirs spéciaux, avoir une telle appellation se mérite. Il peut donc créer un dôme de toile pour se protéger, enrober ses mains de cette matière visqueuse et blanche pour pouvoir frapper plus fort ou il peut encore projeter des boules sur ses ennemis. La toile bien que très efficace n’est toutefois pas illimitée, il faudra donc surveiller les jauges de cette sécrétion d’araignée.

La maniabilité devient rapidement instinctive malgré cette profusion de commandes. On est par contre souvent désorienté à cause d’une caméra très désagréable qui rend souvent l’action confuse, on se déplace alors à l’aveuglette dans l’espoir de retrouver son chemin. Notre héros ayant la faculté de se coller aux parois, cela n’arrange pas vraiment les choses. Néanmoins on éprouve d’agréable sensation de liberté en extérieur, lorsqu’on se ballade d’immeuble en immeuble (même si le fait que Spiderman s’accroche grâce à ses filins sur du « vide » en agacera certain). Raaaahhh l’air qui siffle dans la mandibule alors que l’on vient de sauter d’un bâtiment, réellement trippant !

Les graphismes n’ont absolument plus rien à voir avec ceux que l’on avait découvert dans les opus Dreamcast. Ici les textures sont fines, les éclairages très bien rendus en plus d’être de bon goût et les effets spéciaux pullulent. Il suffit de regarder les environnements extérieurs pour s’en convaincre, les bâtiments sont détaillés, avec des vitres qui bénéficient de reflets très esthétiques, et la distance d’affichage est impressionnante, on s’y croirait presque. En intérieur c’est un peu moins beau, mais cela reste très acceptable, beaucoup plus agréable que la version PS2 en tout cas, on se rapproche plus de l’adaptation Xbox. Par contre les divers protagonistes ne sont pas des exemples de modélisation et d’animation. Assez cubiques et globalement raides dans leurs mouvements, ils sont en plus pourvus d’une intelligence artificielle déplorable. Pour couronner le tout ils se sont vus affublés de pauvres textures qui ne les embellissent définitivement pas. Notre tisseur est par contre très bien réalisé, il se déplace avec souplesse et élégance, on regrettera juste sa gestuelle assez étrange lors des affrontements avec des ennemis.

La bande sonore offre un résultat assez mitigé, alors que la musique Hollywoodienne surprend par sa qualité et sa manière d’envoûter le joueur, les différentes répliques que l’on entend en permanence au cours du jeu ont un effet totalement inverse. Assez ridicules (Exemple « Regardez c’est Spiderman » « Ouai c’est ça et faut pas confondre avec la concurrence j’ai pas de cape rouge moi ») elles sont en plus assez mal interprétées. Pourtant traduire un jeu dans la langue de Molière, voix comprises, partait d’une bonne intention, mais bon dans ce cas là c’est être contraint à un abrutissement total. Les bruitages, plus particulièrement ceux des armes à feu, manquent de véracité, ils ne sont pas très convaincants.

Spiderman The Movie est donc loin d’être extraordinaire, mais il se révèle plaisant à jouer, un bon petit jeu, sans plus.

Vertigo


NOTE : 06/10