Consoles-Fan
06/07/2020

Auteur
A Lire Egalement

A Lire Egalement

A Lire Egalement

  

3167 articles en ligne

 
Panzer Dragoon Orta
Ortabernacle !!!
Le dragon fait son come back !

Quand on s’attaque a un chef d’oeuvre, c’est toujours avec une certaine impatience que la suite se fait attendre. En ce qui concerne la saga des Panzer Dragoon, apr


Pour ceux qui ne connaissent pas cette fabuleuse série (honte sur vous et toute votre famille si c’est le cas !), nous allons retracer les éléments principaux de cette saga qui aura marquée a tout jamais l’histoire du jeu vidéo.

Nous sommes en 1995 lorsque le premier Panzer Dragoon est disponible dans les bacs. A l’époque, le monde des 32 bits est encore en ébullition. Sega nous en met alors plein la vue sur Saturn avec un shoot’em up tout en 3D, rapide, beau et diaboliquement prenant. Dans ce premier opus, vous jouez le rôle de Keil, un jeune homme plein de fougue qui va se dresser contre l’empire. Le jeu tire partie des capacités de la consoles et propose une chevauchée de dragon dans un champs de bataille panoramique. Si votre dragon, lui, avance selon un chemin pré-déterminé, vous pouvez cependant vous tourner sur 360 degrès pour éliminer vos ennemis. C’est ce système, accompagné d’un univers au design exeptionnel et à une ambiance du tonerre, qui donnera a Panzer Dragoon ses lettres de noblesse. Le jeu est techniquement impréssionnant et met tout le monde daccord.

Fort du succès du premier épisode, c’est un an plus tard que la suite fera son apparition. Les programmeurs ont cette fois poussé la console au maximum de ses capacités avec un niveau technique jamais atteint pour l’époque. C’est aussi l’apparition de plusieurs élements de scénario qui nous en aprennent un peu plus sur cet univers. Dans ce deuxième volet, votre dragon est succeptible d’évoluer et dispose d’un berserk. Vous pourrez également choisir de temps en temps votre chemin (ce qui n’était pas possible dans le premier).

C’est finalement en 1998 que la saga finira sa course sur la Saturn de Sega. Panzer Dragoon Saga, le troisieme, quitte les rangs du shoot pour devenir un rpg. Ce jeu reste l’un des meilleur de la console tant son scénario et l’univers qui l’entoure sont riches. La Dreamcast n’aura pas droit a son panzer Dragoon, c’est la XBOX avec le 4eme épisode qui assure la releve en 2003. Panzer Dragoon Orta est né et nous propose un retour au shoot bien mérité après tant d’années d’absence...

Cette fois-ci, vous jouerez le rôle d’une fille prénommée Orta. Cette jeune femme ne connais rien de sa vie. Elle à toujours connu le monde au travers des barreaux de cellule. Elle ne sais ni d’ou elle viens, ni pourquoi elle est enfermée depuis qu’elle est toute petite. Tout ce qu’elle sait, c’est que lorsque la ville est attaquée et que sa prison est détruite, un curieux dragon descend du ciel pour la sauvée. La fillette n’hésites pas une seconde, et chevauche son nouvel ami (et le premier de sa vie) pour une bataille endiablée afin de s’échapper de tout ce bazard. Orta apprendra bien plus tard qu’elle fait partie intégrante d’une légende ce qui explique pourquoi l’empire lui cours après...

Nous passerons de loin les détails du scénario que je prefere vous laisser découvrir tant il est passionnant et intelligent (c’est pas tout les jours qu’une très bonne histoire fait son nid dans un shoot). Nous allons donc nous concentrer ici sur les innovations de ce nouvel opus.

Comme dans les précédents épisodes, c’est reparti pour une chevauchée de dragon endiablée. Orta accompagnée de son fidele serviteur ailé devra déjouer les pièges de l’empire et se frayer un chemin parmis les 10 chapitres qui composent ce jeu. Accrochez vous, car la difficulté propre a la série vous fera mordre une nouvelle fois la poussière.

Réticule de visée quand tu nous tiens...

La camera est placée par défaut derrière votre dragon mais vous pourrez faire pivoter celle-ci a n’importe quel moment puisque les ennemis arrivent des quatre coins pour vous faire la fête. Cette rotation sur 360 degrès, bien connue des fans de la première heure, est toujours aussi indispensable et plaisante a jouer. Votre dragon suit un chemin programmé sur lequel vous ne pourrez pas interagir (ou très peu). Votre mission consiste surtout a diriger votre réticule de visée, ce dernier permettant soit de tirer avec votre gun ancestrale des rafales de lumières, soit de locker des cibles que votre dragon ne manquera pas de détruire grâce à son pouvoir. Rien de bien nouveau pour l’instant donc dans l’univers de Panzer Dragoon au niveau de la jouabilité. C’est identique aux précédents a quelques détails pret qui vont faire toute la différence.

Parmis les ajouts, votre dragon à maintenant la possibilitée de se positionner autour des gros ennemis (boss ou intermediaires). En effet, grâce a une jauge de déplacement, vous pourrez donner un coup d’accélération a votre dragon ou le faire ralentir. Vous passerez donc en fonction devant l’ennemis, sur les flancs, ou derrière votre adversaire. Ces déplacement vous permettrons de pouvoir toucher votre adversaire sur ces points faibles, mais également d’éviter une rafale de tirs ennemis.

Nous noterons également que votre dragon est maintenant capable de se transformer a sa guise. Si les évolution de la bête se faisaient a chaque fin de scénario dans Panzer Dragoon Zwei, c’est en récoltant de l’ADN que vous pourrez faire évoluer votre bichon sur plusieurs niveaux. 3 Formes sont disponibles et vous pouvez interchanger a tout moment par une simple pression sur la touche Y. Chacune ayant les avantages et les inconvénients qui lui sont propres mais elles sont au final toutes les trois indispensables si vous voulez vous en sortir vivant. C’est cette nouveauté de taille qui ajoute vraiment du neuf dans le gameplay de Panzer Dragoon Orta. Sega ne manque décidement pas d’imagination et pousse le vice toujours plus loin.

- Ailes standard

Il s’agit de votre forme de base. Votre dragon est très maniable, possède une bonne puissance de tir et un berserk très éfficace. Vous avez la possibilité d’utiliser les accélérations et ralentissements dans cette position. Le nombre de ’locks’ dont vous disposez est important.

- Ailes lourdes

C’est la forme la plus puissante, mais aussi la moins maniable. Si elle ne permet pas de vérouiller autant de cibles que la forme ci-dessus, elle possede une puissance de tir sans équivalent. Le bersek possède une possiblité de ciblage manuel mais vous ne pourrez pas utiliser l’accélération et le ralentissment. Le mode ailes lourdes est a déconseiller lorsque vous traversez des endroits étroits tels que des grottes par exemple...

- Ailes Légères

Votre dragon se transforme en véritable bête de course. Vous pouvez vous diriger avec une aisance parfaite. Seul hic, le dragon ne peux pas tirer dans cette forme et vous devrez donc y aller au pistolet. Votre viseur est cependant plus grand et le bersek de cette forme vous permet de regagner de la vie en augmentant votre jauge de santé.

Les trois formes sont donc véritablement complémentaires selon votre position et le niveau dans lequel vous vous trouvez. L’on comprend très vite comment tirer partie de certaines situations grâce aux formes adaptées.

Comme vous vous en doutez si vous avez bien lu le début de cet article, la jouabilité est a toute épreuve. C’est du oldschool comme on l’aime et ça fait du bien de se défouler un bon coup. Mais si le gameplay est la, la technique est-elle pour autant digne de la série ?

Le moteur 3D ne bronche pas d’un poil malgré les très nombreux éléments qui apparaissent a l’écran. Que les fans se rassurent, Panzer Dragoon est tout simplement l’un des plus beau jeu de la Xbox. Sega s’est fait la main sur la console avec des titres tels que Gun Valkyrie (que je vous conseil vivement au passage), et sait exploiter les capacités de la machine avec une telle facilité que cela deviens un véritable pied de nez aux autres développeurs. Les graphismes sont a se damné tant ils regorgent de détails et nous donnent une impression d’espace... Les ennemis ne sont pas en reste. Ils sont assez nombreux et beaux pour vous pousser à continuer le jeu. Mention spéciale a certains boss qui doivent sortir tout droit de l’imagination débordante de characters designer sous emprise de lsd. C’est beau, c’est grand, c’est spectaculaire...

Les musiques se font par contre un peu plus discretes et ne rivalisent pas avec celles d’antant (on peux pas être au top partout !). Les bruitages, bien qu’un peut répétitif, ne dérogent pas au cahier des charges imposé pour notre plus grand plaisir.

Et puis un Panzer Dragoon n’en serais pas un sans la fameuse Pandora’s Box. Cette petite boite renferme tous les bonus que vous débloquerez en fonction de votre progression dans le jeu. La ou certains nous mettent des artworks, Sega rajoute carrement des sous-scénarios supplémentaires, de nouvelles mission avec de nouveaux personnages, et même, le tout premier Panzer Dragoon pour les retardataires... Une surprise de taille comme on aimerais en avoir plus souvent.

La légende ne meurt jamais, et Sega à su nous faire une suite qui allie inovation technologique et un gameplay amélioré par rapport aux origines. Panzer Dragoon Orta est un grand jeu, une saga qui n’a pas fini de nous étonner tant son univers est riche et ses qualités indéniables. A chaque nouvel épisode, c’est une claque que l’on se prend en pleine face. Ce quatrième rejetons nous la colle en plein dans les dents pour notre plus grand plaisir. Un "must buy" a ne manquer sous aucun pretexte.


Le panzer Dragoon inconnu : PANZER DRAGOON MINI sur Game Gear est un shoot’em up a la space harrier qui a
NOTE : 09/10