Consoles-Fan
19/10/2018

Auteur
A Lire Egalement

A Lire Egalement

A Lire Egalement

A Lire Egalement

A Lire Egalement

A Lire Egalement

  

3031 articles en ligne

 
Bomberman Generation
On a tous quelquechose de Bomberman en soi
Qui peut lui r

Bomberman generation marque l’arriv

Bombaaaaaaaaaman !

Vous parcourez donc librement différents stages labyrinthiques mais vos mouvements sont très limités : c’est le principe du jeu. A part vous déplacer et larguer, lancer ou shooter dans des bombes, l’ami Bombinoy ne sait pas faire grand chose ! Il ne peut par exemple même pas sauter. Pire encore, vous ne pouvez pas descendre d’une plate-forme en vous approchant du bord. Il faut que l’on vous donne les moyens de le faire ! Les endroits où vous pouvez descendre sont repérables par un petit renfoncement de la plate-forme. Certains passages ne sont par exemple franchissables que dans un sens, réfléchissez donc bien avant de vous y engager, sans quoi, pour revenir en arrière, il faudra parfois faire de grands tours ! Parfois vous perdrez un peu de vie lorsque vous passerez par certains endroits, mais il y a toujours un moyen de palier ce désagrément.

A vous donc de découvrir ou de déclencher des mécanismes qui vous donneront accès à certaines plate-formes. Les stages sont assez vastes, mais en plus de cela, vous devrez les parcourir plusieurs fois puisqu’ils sont sur plusieurs étages. Vous passerez donc plusieurs fois dans les mêmes environnements mais pas exactement par le même endroit, vous aurez emprunté par exemple le chemin d’à côté qui était jusqu’alors inaccessible. A force de repasser par des endroits déjà visités, on finirait presque par se perdre. C’est d’autant plus vrai que les éléments du décor sont très souvent répétés. Vous êtes libres de tourner la caméra qui reste fixe tout au long du jeu si vous n’y touchez pas. Je vous conseille d’ailleurs de ne pas y toucher trop souvent si vous voulez vous y retrouver, ou alors de la remettre comme vous l’avez trouvée lorsque vous changez l’angle de vue, sinon vous allez rapidement mordre votre manette.

Le cell-shading lui va si bien !

Mais s’il est vrai que les décors fort jolis par ailleurs sont souvent répétés, l’action et la réflexion ne le sont heureusement pas. Cela aurait été affreux ! Les boss sont assez durs à battre. Dans l’ensemble d’ailleurs, le jeu est assez difficile et il vous faudra une bonne dose d’ingéniosité pour en venir à bout.

Techniquement, ce bomberman est fort joli avec des couleurs bien pétantes et un bon nombre d’effets fort sympathiques. Le cell-shading se prête magnifiquement à l’univers de Bomberman. Mais nous avions déjà pu constater cela sur Dreamcast. La finition est très propre et les effets spéciaux sont classiques et parfois démodés, mais c’est justement peut-être là tout le charme de ce Bomberman.

Mais passons plutôt à une partie bien plus intéressante du test puisqu’il faut bien arrêter de nous mentir un jour : même si le mode un joueur est super chouette, ce qui nous intéresse, c’est bel et bien le mode multijoueur ! Ce dernier ressemble comme deux gouttes d’eau à l’excellent Bomberman Online sur Dreamcast. Il nous propose donc un bon nombre de modes de jeu, du classique au mode peinture (qui consiste à recouvrir de votre couleur la plus grande superficie possible du terrain de jeu) en passant par un système inédit de pièces à récolter (le joueur le plus riche est le vainqueur) ou par le déluge de bombes dans lequel vous ne pouvez rien faire d’autre que d’éviter ou, à la limite, récupérer une option qui vous permet de shooter ou de ramasser ces fameuses bombes avant qu’elles n’explosent. Le mode taupe est excellent : vous sillonez le périmètre du terrain dans un minitank et vous devez lancer des bombes sur des taupes qui pointent de temps en temps leur museau hors du sol ! Il y aura véritablement de quoi faire pour… le reste de votre vie. Eh oui, Bomberman, ce n’est pas un jeu, ce n’est pas une drogue, c’est une manière de vivre, cela fait partie de vous ou non. Vous êtes donc seul à savoir s’il est temps de vous replonger dans de longues parties enchaînées de Bomberman. Et si vous en avez justement besoin, Bomberman Generations est le jeu qu’il vous faut.

Graphismes : 76%
Très coloré, Bomberman reste fidèle à lui-même en offrant une réalisation sobre et propre.

Animation : 85%
Bien fluide malgré toutes ces explosions, Bomberman Generation ne retranche cepandant pas la Gamecube derrière ses derniers remparts.

Jouabilité : 90%
Le gameplay est immédiat car simpliste, c’est l’interaction avec les décors qui rend Bomberman Generation intéressant et complexe. En multi-joueurs, il est accessible à tous pour un plaisir tellement immédiat qu’il reste encore aujourd’hui un exemple.

Bande Son : 82%
Bomberman, c’est Bomberman, et la bande-son de Bomberman est tellement particulière qu’utiliser une autre bande-son serait un crime contre l’humanité. Elle est nerveuse, hypnotisante, lancinante et trippante.

Intérêt : 96%
Hudson Soft tâte du terrain pour installer son Bomberman. Le résultat est très réussi même si rien ne vaut vraiment un Bomberman original. Mais Hudson Soft n’a justement pas pris de gros risques en incluant son jeu classique pour le multi-joueurs.

Note Globale : 90%
Bomberman les ptits gars, Bomberman...


NOTE : 09/10