Consoles-Fan
22/04/2018

Auteur
A Lire Egalement

A Lire Egalement

  

2928 articles en ligne

 
Otogi
Psych
D

Les heureux possesseurs de Murakumo avaient eu la chance de d

Guy, tu arrêtes de jouer avec tes petites autos maintenant ? On rentre !

Ce qui ressort immédiatement dans Otogi, c’est la qualité de l’ambiance sonore. Des musiques arythmiques pleines de douleur et de douceur dans le pur style japon médiéval et qui semble provenir tout droit des derniers opus de Samourai Spirit. Une voix japonaise mature, féminine, torturée et qui semble provenir d’un monde inconnu déverse un flot de parole en continu. Cette ambiance si reposante pose un contraste énorme avec la violence dégagée par ce titre et renforcée à grands coups d’effets spéciaux lumineux qui feraient rougir les meilleurs artificiers.

Les effets spéciaux sont somptueux

Otogi fait la culture de toute une symbolique, emprunte de superstition…Les décors sont superbes, mêlant la nature à de rudes changements atmosphériques, offrant une ambiance très particulière, lourde et fiévreuse, dans laquelle certains éléments du décor dénotent du tableau d’ensemble. Nombreux de ces éléments sont destructibles, histoire d’augmenter encore l’importance de la violence dans ce jeu.

Devil May Cry + Shinobi + Taromaru

Les ennemis aux allures mythologiques sont empreints d’histoire médiévale. Pour les exterminer, vous frappez dans les airs et enchaînez quelques combos histoire d’effectuer quelques découpes. Il est possible de se focaliser sur un ennemi en le lockant. C’est avec majesté que l’on se bat. La classe avant tout, l’honneur pas loin derrière. Le bourrinage fait parfois aussi partie de la recette mais certains boss vous donneront pas mal de fil à retordre. Il faudra être agile pour vaincre la difficulté parfois un peu trop marquée. Mais les connaisseurs apprécieront le bon niveau de challenge de ce titre. Ils apprécieront aussi l’originalité de l’ensemble. Otogi aurait pu passer inaperçu en son temps, mais à l’époque où les jeux vidéo ne se limite quasiment pus qu’à jouer au petit soldat au costume kaki, Otogi fait office de jeu hors-normes.

Les jauges ne sont pas très claires. Par exemple, votre jauge de vie est constituée de boules vertes qui se vident peu à peu. Une boule vide éclate définitivement et il faut récupérer les bonnes options pour les récupérer. Une boule qui n’est pas complètement vidée, par contre, se remplit à nouveau assez rapidement. Parallèlement, vous possédez une jauge circulaire qui se vide continuellement exactement comme dans Shinobi sur PS2. Lorsque cette jauge est complètement vide, vous ne pouvez plus effectuer de déplacements rapides aériens, et bien pire, votre jauge de vie fond comme neige au soleil. Heureusement, il est possible de remonter votre jauge un petit peu en vous débarrassant de vos ennemis, ici aussi exactement comme dans Shinobi sur PS2. Qui a copié sur qui ? L’enquête est en cours.

Un shop est également disponible afin d’acquérir de nouvelles habilités ou de nouvelles armes. Voilà un petit côté gestion du personnage, certes limité, qui fera plaisir à quelques joueurs…

Pour râler un peu, je vous parlerai des petites incohérences entre jeu et cut-scènes. Le framerate n’est pas non plus super clean mais il atteint un niveau satisfaisant, s’inscrivant dans la moyenne. Si vous êtes un fan de la vieille école des jeux vidéo, il serait en tous cas dommage de rater ce titre qui paraît aujourd’hui si marginal mais qui vous rappellera de bons souvenirs et vous mettra peut-être même d’humeur mélancolique…

Otogi est un très joli jeu, à la fois dark et colorée, l’ambiance recréée est complètement irréelle même si elle se rattache à quelques détails qui semblent familiers. Mais Otogi donne vraiment l’impression d’évoluer dans une autre dimension qui semble avoir été abandonnée par les Dieux et où des êtres maléfiques, oubliés, semblent avoir élu domicile. La nature semble avoir été marquée à vie de tous ces changements spirituels, la météo s’affole…

Des décors phantasmagoriques

Avec son ambiance très Japon médiéval, Otogi propose au joueur de vivre une expérience fort proche de Taromaru sur Segasaturn même si ce dernier garde des caractéristiques bien à lui, surtout au niveau du gameplay. Mais l’ambiance mystique reste fort proche. Graphiquement parlant, cela se traduit par des décors à l’architecture complexe. Ces décors sont presque tous intégralement destructibles. Un point de détail que l’on retrouve de plus en plus souvent dans les jeux vidéo et qui rajoute une pointe spectaculaire pas négligeable. Les effets d’éclairage et de lumière largement exagérés semblent envelopper le joueur d’une aile protectrice.

Otogi vous passionnera le temps de 29 stages, vous y reviendrez certainement un de ces 4 tant il est agréable à jouer. Cependant, Otogi séduira plus facilement les amateurs de culture japonaise et rebutera très certainement les quelques allergiques au genre. Mais de toute manière, ces derniers ne lisent pas Consoles-fan !

Graphismes : 89%
De superbes décors plus originaux les uns que les autres mais avec une ligne de conduite, le Japon médiéval. Les textures sont riches et bourrées de petits détails qui tuent. Oh et puis... Suffit de regarder les photos pour s’en rendre compte.

Animation : 70%
Lorsque vous effectuez des rotations dans Otogi, cela donne malheureusement un résultat assez sec, d’un autre côté il y a moultes choses à gérer à l’écran.

Jouabilité : 92%
Alors que votre personnage se comporte comme dans un ballet Béjart, le gameplay, lui, n’est a été réduit à la plus grande simplicité. Immédiat et inné, Otogi vous rentre dans la peau.

Bande Son : 96%
La bande-son est incroyablement pensante (dans le bon sens du terme). L’ambiance est remarquable, chaleureuse puis froide, inquiétante et semble avoir été libérée à l’instant d’une malédiction.

Intérêt : 94%
Otogi offre une durée de vie raisonnable pour ce type de jeu. Il représente une expérience unique.

Note Globale : 89%
From Software devient un éditeur clé avec lequel il va falloir compter ces prochaines années tant il accumule les réussites ces dernières années. Vous n’êtes pas obligé d’acheter Otogi, sauf si vous aimez les jeux.


NOTE : 08/10