Consoles-Fan
20/07/2018

Auteur
A Lire Egalement

A Lire Egalement

  

2984 articles en ligne

 
Panzer Dragoon Orta
J
Qu’est-ce que

Panzer Dragoon Orta

Il est terrifiant d’écrire un test sur un monument du jeu vidéo. Au début, c’est le syndrôme de la page blanche. On n’a rien à dire tant tout est parfait. On a peur que nos mots nous trahissent et ne donnent qu’un reflet pessimiste de la réalité. Alors je m’excuse d’avance auprès du lecteur d’être tout simplement incapable de faire passer toute l’émotion qu’un tel chef d’œuvre dégage : je n’ai malheureusement pas le talent de Sega. Aussi j’implore votre indulgence ! Panzer Dragoon Orta : c’est de la bombe de balle !

Le retour du dragon

Je n’avais plus voyagé à dos de dragon depuis 5 ans. Je fus donc tout d’abord surpris de l’avancée technologique. Tout était devenu si beau, si réaliste et féérique à la fois, que j’en attrapai le tournis. Les mondes gigantesques m’enveloppaient de leur organicité. Le dragon que je chevauchais était un dragon de dernière génération. Capable de muter à tout moment sans broncher pour prendre les formes les plus diverses et parfois disgracieuses de dragon, mais surtout pour présenter des aptitudes différentes au tir, à la magie et à la vitesse de déplacement.

Lorsqu’un dragon possède de meilleurs aptitudes qu’un autre dragon, c’est qu’il en possède aussi de moins bonnes. Ainsi un dragon ayant une puissance de feu dévastatrice aura une couverture de lock moins efficace. Certains dragons possèdent une fréquence de tir plus importante et donc moins dévastatrice qui se révèlera peu utile pour faire fondre la barre de vie d’un ennemi mais qui sera très efficace pour se débarasser des tirs ennemis peu résistants mais trop nombreux que pour tout éviter. Il est donc possible de « switcher » à tout moment entre un dragon offensif et un dragon défensif. Mais le « switchage » de dragon est loin d’être la seule évolution dans le gameplay !

Il est cette fois-ci possible de varier la vitesse de votre dragon à grands coups de boost qui vous permettront de vous faufiler dans le décor tout en influençant fortement le timing afin d’éviter certains pièges. Décélérer ou accélérer vous permettra aussi de vous positionner vis-à-vis des boss afin de vous retrouver dans un angle de tir qui vous est favorable. L’évolution du gameplay est donc bien là même si certains esprits chagrins trouveront ce gameplay vieilot. Progresser dans un univers 3D, guidé par un rail, il est vrai qu’on a déjà vu mieux au niveau de la liberté. Mais justement, le fait de pouvoir tourner librement la caméra à 360° vous force à rester sur vos gardes en cas d’attaque puisqu’elle peut provenir de partout. Et la soi-disante « contrainte » vous permet de jouer à quelquechose de différent et de vivre une expérience ou la mise en scène est largement plus marquée que dans les jeux les plus classiques. Car dans Panzer Dragoon Orta, vous virevoltez littéralement dans les décors, vous plongez dans l’abîme et effectuez des vrilles impressionnantes que les jeux classiques ne vous permettent finalement pas de faire, du moins, avec une telle majestuosité.

Dragon tout l’été !

Panzer Dragoon Orta, c’est le plaisir du jeu, mais aussi du grand spectacle. Panzer Dragoon Orta fait revêtir à la Xbox ses habits des grands soirs. Les décors sont superbes. On reconnaît la touche Smilebit : l’ambiance calme mélée à l’action fait penser à celle de Gun Valkyrie. On retrouve aussi des effets déjà présentés dans Gun Valkyrie mais Smilebit a mis en œuvre des trésors d’ingéniosité pour nous étonner. Car certains effets spéciaux et éléments du décor, non contents d’être superbes à reluquer, font aussi partie intégrante du gameplay. Par exemple, l’eau des cascades est bien plus qu’un simple élément du décor, elle arrête les tirs et vous empêche de locker les ennemis. Les développeurs ont également lorgné du côté de Rez tant au niveau de l’ambiance cyber que de l’aspect « recherche d’identité ».

Panzer Dragoon vous fera visiter des mondes incroyablement imaginatifs. L’un d’en eux vous emmènera dans une visite de fins mécanismes et engrenages. Ce décor aurait pu être créé Sean Hargreaves, décorateur pour le film « 13 ghosts ». C’est d’ailleurs ça qui est si bien avec Sega. Il sont tellement talentueux, ingénieux, créatifs et en avance sur leur temps que cela nous permet de nous faire une idée de ce que seront les jeux vidéo dans quelques années, quand tout le monde les aura copiés.

Pour ce qui est de la technique, on ne peut pas vraiment se plaindre. Les effets de particule de lumière sont hallucinants, les textures sont organiques. Vu la pléthore d’effets spéciaux, je ne ferai pas de listing, il serait de toute manière non-exhaustif et allourdirait le test d’un paragraphe fort ennuyeux.

Panzer Dragoon Orta est un achat vital. Suffisemment long à lui seul (10 stages de longueur assez variable), il vous propose de nombreux bonus de type artwork mais aussi de nouveaux stages aux jouabilités variées et enfin l’excellent Panzer Dragoon original de la Segasaturn. Ce dernier sera débloqué une fois l’épisode XBox terminé. Il m’a semblé légèrement plus fin et un peu moins fluide que la versions Segasaturn, mais en gros c’est chou vert et vert chou.

Graphismes : 90%
Les textures déchirent tellement que je n’ai plus de slip. Certains stages sont cependant un peu vides.

Animation : 96%
Incroyablement majestueux, incroyablement fluide, tantôt rapide, tantôt posé, Panzer Dragoon Orta vous fera pleurer de bonheur.

Jouabilité : 90%
Un gameplay qui a déjà fait ses preuves.

Bande Son : 95%
On peut se demander si musicalement parlant il était encore possible de faire mieux que les épisodes précédents. La réponse est oui. La XBox sur des enceintes, plein pot, avec une bande-son aussi empreinte de légendes, cela donne juste des frissons dans le dos ! Les musiques disçonantes recréent une ambiance tamisée et pesante. Panzer Dragoon, c’est l’Univers recréé.

Intérêt : 95%
Panzer Dragoon Orta s’impose aux côtés de Gun Valkirye comme meilleur jeu de pan pan piou piou piou.

Note Globale : 93%
Avec Panzer Dragoon Orta, la concurrence soufre, que ce soit ailleurs ou sur Xbox. On s’appele Sega, ou pas !


NOTE : 09/10