20/04/2018

Auteur
A Lire Aussi

A Lire Aussi

A Lire Aussi

 

138 articles en ligne

 
Zoo Tycoon 2
Les Pachydermes, c’est ma grande passion...
... ramasser leurs excr

"Welcome to the world of Street Fighte..." Hum. Bienvenue dans le monde merveilleux des zaaaaaaaanimaux !!!! Alors au programme aujourd’hui : les milles et une mani

Mulot en captivité

Malgré une petite innovation en passant à la 3D, le concept de Zoo Tycoon 2 reprend strictement les même caractéristiques que sont aîné. De ce fait, retour à la normale avec un zoo plutôt conventionnel : lion, croco, panthère, tigre, éléphant, guépard, panda, gorille, rhino, ours blanc, kangourou, girafe, paon, dromadaire, élan... En tout pas moins d’un trentaine d’animaux de tous poils, mais des plus classiques. Il est clair que ceux qui possédaient déjà le premier Zoo Tycoon ne seront pas du tout dépaysés (juste un peu moins de bêtes à torturer). En revanche, il est un fait indiscutable : le didacticiel va vous mettre dans le coma.

À peine le jeu installé, il vous harcèle dès le menu principal. Et c’est partie pour une bonne grosse heure de châtiments textuels et de cliques à répétitions... Je plains tout d’abord les quelques enfants qui seront bien obligés d’en passer par là (quoiqu’une bonne séance de lecture, hein). Mais pour ce qui est des adultes le calvaire est d’autant plus langoureux qu’on est loin du challenge d’un Nippon Ichi, car ce n’est pas le peu de commandes à mémoriser qui va rendre ce tuto indispensable. Passons.

Les plus téméraires d’entre vous se verront alors proposer trois mode deux jeux. Le mode Bac à sable vous laissera l’occasion de faire de votre zoo ce que bon vous semble, les crédits sont illimités et l’ensemble des animaux/constructions est déjà disponible. Viens ensuite le mode Défi qui lui vous imposera un budget et une sélection d’animaux bien précis ainsi que des aménagements limités. Le dernier mode, Campagne, reste tout de même le plus intéressant. Divisé donc en plusieurs campagnes, chacune d’elles se verra partagée en trois scénarios avec une difficulté et une taille bien distinctes. Lors de chaque scénario, des objectifs se présenteront à vous sous forme de thème (hygiène, écologie, maltraitance...). une fois exécutés, d’autres s’empresseront de suivre comme les soins, recrutements de personnels, réparations, aménagements... bref, la totale du petit directeur de Zoo.

Rien n’est humiliant comme de voir les sots réussir dans les entreprises où l’on échoue.

Ce zoo est une affaire qu’il faut faire tourner telle une horloge suisse à l’heure du goûter. Et l’essence de cette machine infernale, c’est l’argent. Pour avoir suffisamment de fonds, attirez le plus de clients possible. Vous devrez penser à installer des structures d’accueils et de services (toilettes, stands de nourritures et boissons, distributeurs...). N’oubliez pas non plus d’engager le petit personnel : animateurs pour divertir enfants et parents, soigneurs pour nourrir et guérir nos braves bêtes et enfin balayeurs qui rendront votre zoo si clean qu’il en ferait pâlir de jalousie Meister Proper. Tout ceci n’est évidement que la partie visible de l’iceberg puisque le point le plus important d’un tel lieu reste tout de même les animaux. Car même si le salarié n’en est pas un (d’animal), il faut quand même l’entretenir (le rémunérer) pour éviter la grève de la fin dans la cage au lions (la dépression) et par là même les imprévus (la ruine). Il vous est donc nécessaire d’avoir un zoli bestiaire. Et pour aguicher un maximum de personnes, rien de telle que la diversité !! Ceci dit, comment faire cohabiter autant d’animaux venant d’endroit et cadres de vie différents ?

C’est là que les biomes interviennent. Chaque animal se voit attribué un biome parmi les 9 disponibles, à vous de trouver l’environnement adéquate à chacun d’eux, sans ça vous ne risquez pas de faire long feu. Vous pourrez même modifier la surface du terrain pour créer une cascade par exemple. Après rien ne vous empêche d’attribuer un biome prairie à un ours blanc, c’est votre business après tout !! Pour vous aider dans votre tâche, vous pourrez consulter la "Zoopédie", un recueil bien complet d’informations sur vos compagnons, leur habitat, leurs habitudes alimentaires... Le tout assermenté Encarta, siouplaît. Quoi Qu’il en soit, si votre zoo possède une collection de boules de poils et de plumes relativement variée, vous devriez voir rapidement affluer de nombreuses familles. Et qui dit famille heureuse, dit famille généreuse !! Alors n’oubliez SURTOUT PAS d’installer un nombre conséquent de boites à dons, la trésorerie ne pourra que vous en remercier. Après il vous reste toujours l’option "David & Bernadette" pour amasser encore plus de p’tites pièces...

La technique est moins importante que les hommes ou que la société, l’important, c’est le projet humain qui est derrière.

Après une telle citation, on aurait du mal à s’attendre à une éloge envers les graphismes de ce Zoo Tycoon. Eh bien... Disons qu’il a du charme. À sa sortie du moins, car le charme opère un peu moins 3 ans après... mal vieilli, dira-t-on. Mais ne soyons pas vieux jeux, il reste toujours agréable à l’œil (même s’il fait pâle figure face à un Viva Piñata). Quelques ombres au tableau : moteur pas tout à fait stable, animation assez sommaire, bugs de collisions (animaux traversant les arbres ou les autres bêtes...). Un petit manque de finition qui aurait pu être amplement évité. Il est vrai que ces petites tares graphiques sont d’autant plus dommages qu’une vue à la première personne a été intégré au gameplay pour pouvoir vous déplacer, agir ou prendre des clichés pour votre album photos. Et ces dans ce genre de cas qu’on regrette de ne pas pouvoir finalement profiter de superbes graphismes... pour une fois que l’on pouvait se mouvoir et regarder où bon nous semblait.

Et si on allait au zoo... ?

Au final, même si on est loin de la plus grande merveille vidéo-ludique de tous les temps, ce Zoo Tycoon 2 reste un bon petit jeux, bien remplis, facile d’accès, autant destiné aux grands manager en caleçon qu’au directeur tyrannique en herbe, ou a une gente féminine bienvenue pour bichonner toutes ces petites peluches virtuelles (ça sera toujours plus saint qu’un Sims).

 GRAPHISME : 75%

Peu mieux faire. Il est clair que dès le jour de sa sortie, ce jeu était loin de faire le poids à côté d’autres nombreuses productions, mais son univers et le charme qui s’en dégage permet de passer l’éponge.

 ANIMATION : 70%

Tout à fait correcte, mais un peu limitée et coincée. Dommage pour un soft ou l’on gère de la vie. Quand à l’instabilité du moteur (saccades constantes), n’aide pas non plus à remonter la donne, mais n’ira pas jusqu’à gâcher votre jeu.

 JOUABILITE : 90%

Simple d’accès, rapide et facile à diriger. Un bon point qui permet d’élargir la porte à tous les joueurs, petits ou grands. En revanche, jamais plus de tutoriel aussi désespérant de longueur, JAMAIS !!

 BANDE SON : 70%

Pas de quoi mettre les enceintes à fond, rien d’assez immersif pour vous garder attentifs. Quelques musiques n’auraient pas été de refus en revanche.

 INTERET : 70%

Pour ceux qui aiment la gestion, les animaux, la gestion, cliquer, la gestion, re-cliquer... Sinon, oui c’est sympa, ça passe le temps, tranquillement. D’ailleurs, pour passer encore plus de temps, vous pourrez toujours vous procurer les quelques add-on sortis depuis.

 GLOBAL : 75%

Que dire de plus ? Ni block-buster, ni fond de tiroir de chez TITUS, Zoo Tycoon 2 a quand même perdu pas mal de sa valeur avec les ans. Mais il reste malgré tout un choix sympa pour passer un peu de temps.

NYA


D
NOTE : 07/10