28/03/2017

Auteur
A Lire Aussi

A Lire Aussi

A Lire Aussi

A Lire Aussi

A Lire Aussi

 

128 articles en ligne

 
Far Cry 3
Et j’ai pleuré, pleuré
Oh ! j’avais trop de peine.

N’ayant jamais vraiment adhéré à Far Cry bien qu’appréciant son univers, j’ai été tout de même assez bluffé quand Dan Kay a annoncé la présence d’un jeu multijoueurs à 4, un deuxième jeu à part mais présent sur la même galette en gros. Mais c’est aujourd’hui le mode histoire qui nous intéresse puisqu’Ubi Soft nous a permis de découvrir le début du jeu.

Ce qui est sûr, c’est qu’à part une trame scénaristique commune, les journalistes présents ont pu découvrir une expérience de jeu fort différente tant Far Cry 3 s’ouvre immédiatement vers un espéce de liberté impressionnant.

JPEG - 91.7 ko

Ubi Soft Montréal oblige, l’influence d’Assassin’s Creed sur le titre se fait fortement ressentir. On retrouve par exemple le système de cartes avec des missions secondaires relativement nombreuses mais aussi la présence d’animaux à dépecer ou encore le système de jeu qui consiste à grimper en haut d’une tour afin de découvrir une partie de la carte. Ici, il faut désactiver le brouilleur d’une tour radio plutôt qu’observer les environs perché sur une poutre en bois en haut d’un édifice puis redescrendre à l’aide d’une tyrolienne au lieu d’effectuer un saut de foix mais dans l’absolu, le concept est franchement similaire. Il faudra aussi libérer des camps : ici aussi la comparaison avec les zones sous influence des assassins ou des templiers. De là à dire qu’il y aura deux Assassin’s Creed cette année, il n’y a qu’un pas que je ne franchirai tout de même pas à cause des univers qui sont nettement tranchés mais aussi parce que Far Cry 3 reste avant tout un FPS.

Scénaristiquement parlant, le travail accompli est majeur car on est directement captivé par l’histoire et son ambiance clairement renforcée car très bien servie par une bande-son très appréciable.

Le jeu prend le parti de vous perdre come si vous êtiez obligé de découvrir les lieux. Plutôt normal qu’il n’y aie pas de GPS sur une île inconnue me direz-vous. Seul un radar vous indique de la direction à prendre et vous révèle aussi sa position en hauteur dans le décor. Mais pour vous y rendre, il faudra vous débrouillez, être attentif aux moindres détails du décor, explorer, bref, partir à l’aventure.

Le gameplay laisse la part belle à l’infiltration, au marquage d’ennemis mais aussi aux affrontements directs. Mais ne rêvez pas, vous n’êtes pas Rambo, vous êtes un simple touriste pas entraîné du tout : la prudence est donc de rigueur. N’hésitez donc pas à monter à bord d’un véhicule et à écraser lâchement vos ennemis alors que vous êtes bien à l’abris derrière votre volant.